Parti socialiste

Articles archivés

L’éclatement du PS en six actes : du Congrès d’Epinay à la débâcle des législatives

Créé par le 14 oct 2017 | Dans : Parti socialiste

Après le départ de son candidat à la présidentielle qui a rejoint EELV et la menace d’exclusion de l’ancienne ministre Filippetti, retour sur le LE SCAN POLITIQUE du Figaro du 10 05 2017 par par  Edouard de Mareschal 

 http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/10/13/25001-20171013ARTFIG00165-l-ex-ministre-aurelie-filippetti-menacee-d-exclusion-au-parti-socialiste.php

- La déroute du Parti socialiste au premier tour de la présidentielle suivi de son effondrement aux législatives marque la fin d’un cycle d’union des gauches de gouvernement et menace le parti dans son existence même. Explications.

Au parti socialiste, l’heure est à la sidération. La lourde défaite enregistrée dès le premier tour des législatives, où le parti est arrivé en cinquième position, intervient quelques semaines après l’élimination de Benoît Hamon dès le premier tour de la présidentielle.

«Le tourbillon était trop puissant, les deux scrutins étaient beaucoup trop rapprochés pour permettre un véritable sursaut», a déploré le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, lui-même éliminé dès le premier tour dans la 16e circonscription de Paris. «On est à terre, décapité, éclaté, c’est quand même difficile d’avoir un soir de premier tour aussi violent», a pour sa part reconnu Thierry Mandon, l’ancien secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur, avant de conclure: «Il faut donner les clés à une nouvelle génération.» Retour sur l’effondrement progressif du Parti socialiste, depuis sa fondation au Congrès d’Epinay jusqu’à sa débâcle aux législatives de 2017.

● Le Congrès d’Epinay: l’union des gauches pour «tuer» le Parti communiste

En 1971, le congrès d’Epinay pose un acte fondateur qui modèlera le visage de la gauche pour les cinquante années qui suivront. Le parti socialiste est rejoint par la CIR (Convention des institutions républicaines, créé par Mitterrand), et une partie du «courant chrétien». François Mitterrand s’empare du parti. «Pour lui, l’objectif est double», explique Philippe Buton, professeur en histoire contemporaine. «Il veut tout d’abord construire une nouvelle alternative à gauche face au Parti communiste. Dans un second temps, il va négocier un accord de gouvernement avec le Parti communiste pour mieux le neutraliser.» Pour cela, Mitterrand doit rassembler très largement, y compris à l’extrême gauche. Il attire à lui une partie des trotskistes comme les «lambertiste», dont sont issues des personnalités comme Jean-Luc Mélenchon, Jean-Christophe Cambadélis et Benjamin Stora, ou des proches d’Alain Krivine, comme Julien Dray ou Harlem Désir. En juin 1972, le parti socialiste adopte un programme commun avec le parti communiste, contresigné par les radicaux de gauche. L’union des gauches, objectif de François Mitterrand, est atteint. Le PCF soutient sa candidature dès le premier tour de l’élection présidentielle de 1974. Puis François Mitterrand est élu président de la République en 1981. Avec 15% des suffrages, Georges Marchais (PCF) est relégué en quatrième position, derrière le RPR de Jacques Chirac et l’UDF du président sortant, Valéry Giscard d’Estaing.

Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Défense, derrière le président François Mitterrand lors d'une prise d'armes aux Invalides à Paris, le 5 octobre 1990.

● La rupture chevènementiste

Dès lors, l’unité réalisée par François Mitterrand sera constamment soumise à l’épreuve du réel. Les communistes quittent le gouvernement dès 1983, lorsque François Mitterrand nomme Laurent Fabius premier ministre, un an après avoir pris le «tournant de la rigueur». «Le Parti socialiste est schizophrène ; Il tient un discours très à gauche lorsqu’il est dans l’opposition, mais il opte pour une politique réaliste dans la pratique du pouvoir», analyse Philippe Buton. À la fin des années 1980, Michel Rocard devient premier ministre de François Mitterrand. C’est un tenant de la gauche «réformiste», favorable à l’économie de marché plutôt qu’à l’étatisme, au contrat plutôt qu’à la loi, et à la décentralisation. Il a, dans son gouvernement, plusieurs voix discordantes, dont celle de Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de la Défense. Celui-ci quitte à son tour le gouvernement le 29 janvier 1991, pour protester contre l’engagement de la France dans le guerre du Golfe pour restaurer la souveraineté du Koweït. «Jean-Pierre Chevènement fait partie de ceux qui, à gauche, défendent une politique étrangère classique à l’égard des pays arabes», explique Laurent Bouvet, professeur de science politique à l’Université de Versailles. «Il considère que le nationalisme arabe de Sadam Hussein représente mieux les peuples arabes que les pétromonarchies.» Jean-Pierre Chevènement marque aussi son opposition au soutien français dans la guerre d’indépendance menée par les Bosniaques en ex-Yougoslavie. «Il voulait poursuivre l’alliance historique avec les Serbes, alors que François Mitterrand se rallie à la position de l’Union européenne et de l’Otan, qui soutiennent l’indépendance de la Bosnie-Herzégovine.» Mais la vraie rupture avec le parti socialiste intervient en 1992. Fermement opposé au traité de Maastricht, Jean-Pierre Chevènement quitte le parti et transforme le Mouvement des citoyens, qu’il a fondé un an plus tôt, en parti politique fondé sur un triple refus: libéral, atlantiste et européen. Lire la suite »

Henri Emmanuelli, figure emblématique de la gauche du PS…

Créé par le 23 mar 2017 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Parti socialiste

La disparition du député des Landes laisse ses compatriotes orphelins. Président du conseil départemental jusqu’à sa mort, l’ancien premier secrétaire du PS et président de l’Assemblée nationale aura bataillé toute sa vie pour une certaine idée de la gauche dont il voulait défendre les fondamentaux. Dans une posture combative qui pouvait s’accommoder de quelques raccourcis, ce cacique du parti socialiste a maintenu cette ligne du « tenir bon » malgré les vents hostiles. Cet orateur cinglant et offensif n’a pourtant jamais désespéré et sut imposer sa marque au fil des congrès socialistes tout en composant, presque malgré lui, avec cette dérive sociale libérale que visait pourtant son discours critique.

Je fus sans doute le premier étudiant socialiste et militant du CERES à le rencontrer dans la période qui entoura le congrès de Pau de 1975, date à laquelle ce jeune loup, fondé de pouvoir à la banque Rotschild, se tournait vers les Landes à l’invitation de François Mitterrand. Je revois sa silhouette élancée et son sourire avenant envers ses camarades quand, débarqué du train qui le ramenait de Paris pour le congrès fédéral de Morcenx, avec quelques numéros de l’Unité sous le bras, il nous tendait le journal en assortissant son geste de propos pertinents d’un homme très au fait de la vie nationale du parti. C’était ses toutes premières apparitions dans cette fédération des Landes tenue par le formidable Scognamiglio qui travaillait auprès du premier secrétaire fédéral au développement du nouveau parti socialiste. Je fis part à mes amis bordelais du CERES de cette forte personnalité émergente de la « mitterrandie » qui devait s’imposer comme nous en fîmes très vite l’expérience au congrès de Metz qui voyait se renouveler l’alliance CERES-Mitterrand sur une ligne de gauche…

Mon retour dans les Landes, beaucoup plus tard, m’a fait découvrir un autre personnage, plus distant, qui avait l’expérience du gouvernement et dirigeait d’une main de fer, mais avec brio, le département pour lequel il réalisa de grandes et bonnes choses dans un champ très vaste. Les rares rencontres personnelles avec ce mentor d’un socialisme ancré dans la ligne d’Epinay m’ont toujours montré un visage souriant et d’une extrême amabilité, tranchant avec cette dureté d’expression de l’homme de pouvoir. Il savait prendre ce ton et ce visage plein d’empathie envers ceux qu’il considérait de son camp fussent-ils, comme moi, des opposants notoires à ce délitement du PS. Pour autant, j’ai aussi subi ses regards désapprobateurs dans les années de rupture quand nous fondions le mouvement des citoyens après le vote du traité de Maastricht et la première guerre du Golfe. Et surtout lors de la campagne à la présidentielle de 2001 de Jean-Pierre Chevènement auprès duquel il tenta quelques éphémères rapprochements après la campagne du Non au référendum de 2005. Tout a été dit et écrit sur cet épisode qui signa la rupture d’avec une ligne accommodante avec la gestion sociale libérale.

Par delà la candidature de Benoît Hamon qui garde l’empreinte de son mentor, Henri Emmanuelli, malgré toute l’ambivalence de l’héritage rocardien, on peut questionner la réalité du socialisme français et se demander s’il reste en lui encore une place dans la fidélité de ce témoignage d’une vie militante au service du peuple et de l’intérêt général. S’il y avait une référence à ne jamais renier, ce serait sans doute, par delà les hommes susceptibles de l’incarner aujourd’hui,  celle d’un républicanisme solidaire et laïc dans la tradition du socialisme français…

Xavier DUMOULIN

Une enquête du Monde : Hamon est-il compatible avec Mélenchon, Jadot et Macron ?

Créé par le 18 fév 2017 | Dans : Parti socialiste, Projet politique

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/29/hamon-est-il-compatible-avec-melenchon-jadot-et-macron_5071169_4355770.html#XOeUhrIhtvV2jSMR.99

Le programme de l’écologiste Yannick Jadot est le plus proche de celui de Benoît Hamon, le vainqueur de la primaire à gauche.

LE MONDE | 29.01.2017 à 23h19 • Mis à jour le 03.02.2017 à 10h53 | Par Agathe Dahyot, Maxime Vaudano et Adrien Sénécat

image: http://s2.lemde.fr/image/2017/01/29/534×0/5071134_6_5ac4_2017-01-29-a91b001-2362-13naapm-48tjdr6bt9_d2351a65f2304a06ba0a9c8dcf854de7.png

Benoît Hamon, vainqueur de la primaire à gauche dimanche 29 janvier face à Manuel Valls, pourrait-il se rapprocher d’autres candidats pour maximiser les chances de la gauche au premier tour de l’élection présidentielle ?

Comme il l’a annoncé pendant la campagne, le désormais candidat socialiste a tendu la main à Yannick Jadot (EELV) et Jean-Luc Mélenchon (la France insoumise) pour tenter de rassembler la gauche. Il partage une grande majorité de ses propositions avec le premier, et quelques orientations avec le second, même si son programme est moins radical.

Une enquête du Monde : Hamon est-il compatible avec Mélenchon, Jadot et Macron ? dans Parti socialisteS’il n’a pas cité le nom d’Emmanuel Macron, certains voudraient également voir Benoît Hamon entamer des discussions avec le leader du mouvement En Marche !, dont le flou du programme empêche pour l’instant de savoir si les deux hommes pourraient trouver des points de convergence.

Voici une comparaison de leurs positions relatives aux principales propositions de Benoît Hamon :

image: http://s1.lemde.fr/image/2017/01/29/534×0/5071136_6_3d80_benoit-hamon-yannick-jadot-jean-luc_7996bbe3b221a213b15f5e68db542c42.pngBenoît Hamon, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, candidats à l'élection présidentielle.

Sur l’économie

Benoît Hamon souhaite une mise en place par étapes d’un revenu de base inconditionnel, qui serait dans un premier temps réservé aux 18-25 ans.

 

Yannick Jadot est depuis longtemps favorable au revenu universel. Il envisage même qu’il soit attribué dès la naissance.

Jean-Luc Mélenchon est contre ce qu’il qualifie de « trappe à pauvreté ». Il y voit une menace pour les salaires, et refuse une « résignation face à l’idée que le travail est uniquement souffrance ».

Emmanuel Macron a plusieurs fois jugé intéressante la piste du revenu universel, avant de l’écarter définitivement en janvier. Le secrétaire général d’En marche ! a rejeté l’idée de « s’installer dans le financement durable d’un chômage de longue durée ».

Benoît Hamon veut fusionner l’impôt sur le revenu et la CSG en un impôt unique progressif à 10 tranches. Il souhaite aussi fondre l’ISF et la taxe foncière en un impôt unique sur le patrimoine et développer une fiscalité écologique (TVA éco-modulable et taxe carbone).

 

Yannick Jadot souhaite, comme Benoît Hamon, fusionner l’impôt sur le revenu avec la CSG, réformer la fiscalité du patrimoine en tenant compte du patrimoine net et développer la fiscalité écologique.

Jean-Luc Mélenchon est hostile à la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG, car il craint que le financement de la Sécurité sociale soit fragilisé par la disparition de la CSG. Il souhaite plutôt rendre l’impôt sur le revenu plus progressif, avec 14 tranches au lieu de 5.

Emmanuel Macron s’est opposé en 2015, alors qu’il était encore au gouvernement, à l’idée de fusionner l’impôt sur le revenu et la CSG.

 

Yannick Jadot souhaite lui aussi l’abroger (tout en conservant le compte personnel d’activité).

Jean-Luc Mélenchon veut également l’abroger.

Emmanuel Macron veut non seulement conserver la loi travail, mais aller encore plus loin.

Benoît Hamon souhaite prohiber les « rémunérations dépourvues de lien avec l’amélioration des résultats au cours de leur mandat » et mettre fin aux stock options et aux retraites chapeaux « en cas de démission ou de perte de confiance du conseil d’administration ».

Yannick Jadot n’a pas pris position sur la question, à notre connaissance.

Jean-Luc Mélenchon est pour également, mais va beaucoup plus loin que Benoît Hamon : il souhaite limiter les écarts de salaire de 1 à 20 dans l’entreprise et fixer un plafond à 400 000 euros annuels.

Emmanuel Macron a jugé l’idée d’encadrer les salaires « inefficace » lorsqu’il était encore au gouvernement, en mai 2016.

 

Yannick Jadot est également favorable à un renforcement du compte pénibilité.

Jean-Luc Mélenchon veut revenir à la retraite à 60 ans.

Emmanuel Macron est très critique vis-à-vis du compte pénibilité. Il réfléchit à un système de retraite à la carte, modulable selon les parcours, sans plus de précisions.

Benoît Hamon a l’intention d’enfeindre les règles budgétaires du pacte de stabilité européen jusqu’à ce qu’il soit réformé pour pour exclure du calcul du déficit les dépenses de défense et d’investissement.

Yannick Jadot était plutôt favorable au traité budgétaire en 2012, avec des réserves. Il ne s’est pas positionné sur l’évolution des règles budgétaires à notre connaissance.

Jean-Luc Mélenchon souhaite également s’affranchir des règles budgétaires européennes, mais on peut douter qu’il se contenterait d’une réforme incluant les dépenses de défense dans le calcul des déficits, comme le prône Benoît Hamon.

Emmanuel Macron n’est pas favorable à un retour sur la règle des 3 % de déficit, mais souhaite un budget européen pour financer des investissements communs.


Sur l’environnement

Benoît Hamon promet une forte réduction de la dépendance au nucléaire (50 % en 2025, dans la lignée de la loi de transition énergétique de 2015), un effort sur la promotion des énergies renouvelables, une sortie du diesel à l’horizon 2025 et un grand plan pour la rénovation énergétique.

 

Yannick Jadot est sur la même ligne que Benoît Hamon, même s’il affiche des ambitions supérieures : il veut sortir du nucléaire dès 2035.

Jean-Luc Mélenchon propose lui aussi une planification énergétique, avec une sortie du nucléaire et un mix énergétique 100 % renouvelable à l’horizon 2050. Plus radical que Benoît Hamon, il suggère la fermeture immédiate de la centrale de Fessenheim et l’arrêt des projets d’EPR à Flammanville et Hinkley Point. Il est également favorable à la fin du diesel et à un plan de rénovation énergétique.

Emmanuel Macron a une vision très différente : il promeut la compatibilité des énergies renouvelables et d’une énergie nucléaire qu’il présente comme « un choix d’avenir », et défend le diesel.

Benoît Hamon souhaite une TVA éco-modulable et une taxe carbone aux frontières de l’Europe.

Yannick Jadot annonce dans son programme la fin des niches fiscales nuisibles à l’environnement. Il se prononce également depuis longtemps pour une taxe carbone européenne.

Jean-Luc Mélenchon veut une taxe carbone sur les transports de marchandises et une taxe kilométrique sur l’éloignement entre la collecte des déchets et leur traitement.

Emmanuel Macron n’a pas dévoilé sa position sur le sujet.

Benoît Hamon veut l’abandon du projet.

Yannick Jadot est contre la poursuite de tous les « grands projets inutiles », dont l’aéroport nantais.

Jean-Luc Mélenchon est contre.

Emmanuel Macron souhaite poursuivre le chantier, au nom du respect du référendum.


Sur les institutions

Benoît Hamon veut limiter aux seuls projets de loi de finances et de financement de la Sécurité sociale cette procédure qui permet au gouvernement de passer en force au Parlement.

 

Yannick Jadot n’a pas pris position sur la question, à notre connaissance.

Jean-Luc Mélenchon, hostile au « coup de force » permis par le 49.3, souhaite changer la Constitution.

Emmanuel Macron ne s’est pas exprimé sur le sujet (même si le 49.3 a permis l’adoption de sa loi sur la croissance en 2015).

 

Yannick Jadot ne s’est pas positionné sur le sujet à notre connaissance, même si les écologistes y sont historiquement favorables.

Jean-Luc Mélenchon y est favorable.

Emmanuel Macron ne s’est pas positionné sur le sujet à notre connaissance.

 

Yannick Jadot est pour.

Jean-Luc Mélenchon est pour.

Emmanuel Macron semble être hostile au fait de l’inclure dans un programme sans garantie de pouvoir y parvenir, puisqu’il a raillé la promesse non tenue de François Hollande sur le sujet.

Benoît Hamon souhaite limiter le cumul à trois mandats identiques consécutifs.

 

Yannick Jadot n’a pas évoqué publiquement cette question à notre connaissance.

Jean-Luc Mélenchon est pour également.

Emmanuel Macron est pour.

Pour rendre l’Assemblée nationale plus représentative, Benoît Hamon souhaite qu’une partie d’entre eux soit élus selon les résultats nationaux de leur parti, plutôt qu’au scrutin uninominal à deux tours actuellement en place.

 

Yannick Jadot veut aller plus loin et propose d’élire tous les députés à la proportionnelle.

Jean-Luc Mélenchon souhaite « élire l’Assemblée nationale à la proportionnelle » (ce qui suggère qu’il est favorable à la proportionnelle intégrale).

Emmanuel Macron est favorable à une « introduction » de la proportionnelle à l’Assemblée.

Yannick Jadot n’a pas repris cette proposition de Cécile Duflot pendant la primaire écologiste.

Jean-Luc Mélenchon n’a pas pris position sur le sujet, à notre connaissance, bien qu’il réclame dans son programme l’abolition de la « monarchie présidentielle ».

Emmanuel Macron n’a pas pris position sur le sujet, à notre connaissance.


Sur les questions de société

 

Yannick Jadot s’est prononcé pour l’euthanasie.

Jean-Luc Mélenchon s’est prononcé pour la légalisation du suicide assisté.

Emmanuel Macron ne s’est pas positionné publiquement sur le sujet, à notre connaissance.

Benoît Hamon souhaite renforcer la loi Sapin II en supprimant le « parcours par étapes » que doit suivre un lanceur d’alerte au sein de son institution.

Yannick Jadot y est favorable.

Jean-Luc Mélenchon est très engagé sur le sujet. Il souhaite même naturaliser français Edouard Snowden et Julian Assange.

Emmanuel Macron ne s’est pas positionné publiquement sur le sujet, à notre connaissance.

L’aide médicale à la procréation est aujourd’hui réservée aux couples hétérosexuels.

Yannick Jadot est pour.

Jean-Luc Mélenchon est pour.

Emmanuel Macron ne s’est pas positionné publiquement sur le sujet, à notre connaissance.

  • La gestation pour autrui :

Comme Benoît Hamon, MM. Jadot, Mélenchon et Macron sont opposés à la légalisation de la GPA.

 

Yannick Jadot le propose.

Jean-Luc Mélenchon le propose.

Emmanuel Macron est favorable à une simple dépénalisation pour la détention en petite quantité, mais pas à une légalisation.

Benoît Hamon souhaite les autoriser à travailler après trois mois sur le territoire et faciliter l’apprentissage du français.

 

Yannick Jadot tient un discours d’ouverture sur l’accueil des demandeurs d’asile, sans avoir pour l’instant dévoilé de propositions concrètes.

Jean-Luc Mélenchon a durci son discours ambigu sur l’immigration depuis l’été 2016, s’attirant les foudres de Benoît Hamon, qui a jugé sa position « grave ».

Emmanuel Macron est favorable à une politique d’accueil généreuse. Il a salué la position d’Angela Merkel en Allemagne et a jugé que c’était un « devoir » pour la France.


Sur la sécurité

Benoît Hamon souhaite remplacer tous les départs à la retraite et créer 1 000 postes par an.

 

Yannick Jadot ne s’est pas positionné publiquement sur le sujet à notre connaissance.

Jean-Luc Mélenchon veut 10 000 recrutements.

Emmanuel Macron veut 10 000 recrutements en trois ans.


Sur l’Europe

Le CETA, approuvé par les chefs de gouvernement européens à l’automne 2016, doit être ratifié par le Parlement européen (en février 2017) et par les parlements nationaux des Vingt-Huit Etats-membres européens (dans les prochains mois et les prochaines années).

Yannick Jadot est contre le CETA.

Jean-Luc Mélenchon est contre le CETA.

Emmanuel Macron est favorable au CETA, et a critiqué la tentative de veto de la Wallonie.


Sur la politique internationale

Benoît Hamon veut proposer la reconnaissance de la Palestine par le gouvernement français.

Yannick Jadot est pour.

Jean-Luc Mélenchon est pour.

Emmanuel Macron refuse toute reconnaissance de la Palestine avant la conclusion d’un accord de paix.

Benoît Hamon souhaite que la France reste dans le commandement intégré de l’alliance atlantique.

Yannick Jadot n’a pas proposé d’en sortir, à notre connaissance.

Jean-Luc Mélenchon veut sortir de l’OTAN.

Emmanuel Macron n’a pas proposé d’en sortir, à notre connaissance.

Correction : Jean-Luc Mélenchon est favorable au non-cumul des mandats dans le temps. Une version précédente de cet article indiquait qu’il n’avait pas pris position à ce sujet.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/29/hamon-est-il-compatible-avec-melenchon-jadot-et-macron_5071169_4355770.html#XOeUhrIhtvV2jSMR.99

Entretien de Jean-Pierre Chevènement accordé à Nice-matin, vendredi 5 juin 2015

Créé par le 06 juin 2015 | Dans : Blog du Che, Non classé, Parti socialiste, Pour une autre Europe

Propos recueillis par Thierry Prudhon


"Le PS ne peut plus se dire socialiste"
Nice-matin : Quel regard portez-vous sur la gauche française aujourd’’hui ?   Jean-Pierre Chevènement : Elle est aujourd’’hui clairement en fin de cycle. Depuis le référendum de 1992 sur le traité de Maastricht et en fait depuis 1983, le Parti socialiste refondé à Epinay en 1971 ne peut plus se dire socialiste, ce que Manuel Valls a d’’ailleurs entériné quand il a proposé que le Parti socialiste change de nom. Le PS bénéficie d’’une rente de situation institutionnelle : il revient aux affaires quand le rejet de la droite est trop fort, en 2012 par exemple. A défaut de projet social, il propose des réformes sociétales. Depuis 1984, le Front National file sa pelote. Jean-Luc Mélenchon, malgré ses qualités de tribun, a échoué à faire surgir un « Syriza » à la française. Nous allons donc entrer dans une zone de tempêtes politiques. Le monde a profondément changé. Et la gauche française n’a pas su renouveler son offre.  
Pensez-vous que les Frondeurs puissent faire imploser le PS ?   Les Frondeurs n’ont pas su élaborer un logiciel qui les distingue vraiment de la majorité du PS, notamment sur l’’Europe.  
Globalement, comment jugez-vous les trois premières années du quinquennat de François Hollande ?   François Hollande a hérité d’’un pays à la compétitivité très dégradée. Avec le rapport Gallois fin 2013, il a su formuler le bon diagnostic. Mais les mesures prises pour la reconquête de la compétitivité de l’’économie française sont insuffisamment ciblées sur l’industrie. De bonnes mesures sont intervenues récemment, comme l’’amortissement dégressif des investissements qui peuvent aider nos entreprises à se moderniser. En matière de technologies numériques, nos entreprises sont très en retard sur leurs concurrentes allemandes et italiennes. Emmanuel Macron a formulé un plan intéressant concernant « l’’usine du futur ». Mais notre solde commercial manufacturier, la vraie mesure de la compétitivité française, s’’est encore dégradé en 2014. L’’appareil productif français s’’est élimé. Depuis 2009, 1200 usines ont été fermées, 600 à peine ouvertes. La petite reprise actuelle se traduit par un gonflement des importations et une nouvelle dégradation du solde commercial. Il faut des mesures plus énergiques : par exemple exiger de Bruxelles que le « Crédit d’’impôt compétitivité emploi » (40 milliards d’euros) soit réservé aux entreprises industrielles et ne bénéficie pas aux banques et aux grandes surfaces qui n’’exportent pas. Les exportations, ce sont des biens industriels exclusivement. Par mollesse et par idéologie, nous acceptons la voie sans issue de la « dévaluation interne ».  
 

 

Comment espérer vraiment sortir de la spirale du chômage ?   En réindustrialisant le pays à partir de technologies d’’avenir et en favorisant réellement les PMI. Ma conviction est qu’’on devra procéder à un réaménagement d’’ensemble du système monétaire européen. L’’hétérogénéité de la zone euro condamne à terme la monnaie unique. Il faut lui substituer une monnaie commune et redonner de la flexibilité à ce système si on ne veut pas enfermer l’’Europe dans une stagnation de longue durée.   Encore faudrait-il qu’’il en ait la volonté.  
Il faut, avez-vous écrit, repenser l’Europe vers plus de démocratie. De quelle manière ?   Oui, il est temps de redresser l’’Europe en s’appuyant sur la démocratie. Celle-ci vit dans les nations, là où on s’’entend ! Il faut donc trouver un compromis entre le legs communautaire (le marché unique) et la méthode confédérale chère au général de Gaulle. Il faut construire une « Europe européenne » qui puisse se faire entendre entre les USA et la Chine. Une Europe centrée sur l’essentiel (l’’économie, l’’emploi, la politique extérieure) et bien sûr à géométrie variable, avec les nations volontaires.  
Face à la menace terroriste, quelles sont les mesures que le ministre de l’Intérieur que vous avez été aurait prises ?   Le ministre de l’’Intérieur actuel a fait ce qu’il fallait dans son domaine. Mais il faut mettre de la cohérence dans toute notre politique : aimer et faire aimer la France si on veut que les jeunes issus de l’immigration aient vraiment envie de s’’y intégrer. Faire respecter par tous la loi républicaine et son esprit. Mettre fin aux incohérences de notre politique étrangère : on ne peut pas prétendre combattre à la fois Daesch et Bachar el Assad en Syrie : entre deux maux, il faut choisir le moindre. En Irak, on a abattu Saddam Hussein : c’’était un dictateur certes, mais laïc et moderniste. L’’Irak actuel est dominé par les Chiites qui n’’ont pas su faire leur place aux Sunnites, ainsi jetés dans les bras de Daesch. Il faut un Irak fédéral si on veut couper Daesch des populations de l’’Ouest irakien. Il n’’était pas intelligent de plonger la Libye dans le chaos, pour récolter le terrorisme djihadiste au Mali et dans le Sahel et il est paradoxal de le combattre tout en faisant « ami-ami » avec ceux qui le financent. Là encore, il faut mettre de la clarté. Il faut rompre avec ce qu’Hubert Védrine a appelé l’’Irreal-politik. Comme disait Jaurès : « Si on veut aller à l’’idéal, il faut commencer par comprendre le réel ».  
Le modèle d’’intégration à la française est-il en panne ?   J’ai déjà largement répondu. Ni discrimination ni passe-droit : la loi républicaine pour tous, dans sa lettre et son esprit. L’intégration, ce n’est pas la négation des différences, c’’est leur acceptation mais sous le toit des valeurs républicaines communes : la République laïque valorise ce que nous avons de commun (la raison, l’’amour de la République et de la France) mais pas ce qui nous différencie (la religion par exemple, du ressort de choix privés). Pour ma part, ayant confiance dans l’’avenir de la France, je crois en sa capacité d’’intégration. Il faut surmonter la rancoeœur des uns et le rejet des autres. Il n’’y a que la République, la vraie, avec son bonnet phrygien, symbole d’’affranchissement, qui puisse le faire.  
Si c’’était à refaire, vous seriez encore candidat à la présidentielle de 2002 (5,33 % des voix) ?   Bien entendu. J’’ai ouvert un chemin : celui d’’un pôle républicain de salut public. Les propositions que j’ai faites gardent toutes leur pertinence. Plutôt que de s’’interroger sur sa ligne politique et sur les erreurs de sa campagne, le Parti Socialiste a voulu faire de Jean- Pierre Chevènement le bouc émissaire de sa défaite. Il va retrouver le même problème en 2017, aggravé par sa cécité : Le Pen était à 17 % en 2002, sa fille est aujourd’’hui à 25 %. Il serait temps de s’interroger sur la politique qui a mis le FN à cet étiage !

D’abord l’emploi…

Créé par le 02 juil 2013 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Parti socialiste

Nos amis socialistes landais organisaient hier soir à Tartas les ateliers du changement. L’orateur, Jean-Marc Germain, secrétaire national du PS à l’emploi et député, a présenté la politique de l’emploi, notamment les nouveaux contrats (emploi-avenir et de génération) et les enjeux autour de la loi dite de sécurisation de l’emploi.

Plutôt convainquant sur le volontarisme gouvernemental dans la promotion des mesures pour l’emploi, le secrétaire national s’est efforcé de dissiper les critiques du contenu de cette loi qui a donné lieu, ces derniers mois, à ces débat très vifs, autour de l’ANI initialement, puis de « l’enrichissement » législatif de l’accord. L’accueil réservé à  cette loi reste encore largement mitigé à gauche en dépit des éléments d’argumentaires positifs présentés par nos parlementaires PS et MRC du groupe socialiste, républicain et citoyen à l’assemblée et des sénateurs de la majorité présidentielle. Ceux-ci mettent en perspective des avancées sur le plan de la lutte contre la précarité de l’emploi, l’accès à la formation professionnelle, l’encouragement à la négociation préalable aux licenciements économiques et à la mise en oeuvre des mesures permettant d’éviter les suppressions d’emploi…

On peut bien accepter, dans le rapport des forces actuel et en raison de la situation concrète d’un grand nombre de salariés, cette vision positive d’un texte entaché cependant d’un vice de conception originel (refus de l’ANI par deux importants syndicats de salariés). A condition néanmoins de prendre toute la mesure de la situation. Le déplacement du rapport de forces au profit de « l’entreprise » n’est pas nouveau depuis l’émergence des accords dits de flexibilité des années 80, rendus possibles – disons le pour être honnête - par les lois Auroux , puis le développement considérable d’accords d’entreprises dérogatoires au code du travail, ces dernières temps, qui ont entamé la protection des travailleurs par «  l’ordre public social », inversant de facto la hiérarchie des normes, sous l’effet de la prédominance patronale dans un  rapport social tout à l’ avantage des employeurs.(1)

Dans ce contexte il convient de ne pas en rester là et  de lier plus que jamais les questions d’emploi et de croissance avec celles de l’Europe. L’euro fort condamne notre industrie et pénalise nos exportations au moment où  nos entreprises ont besoin de regagner des parts de marché. Les nouveaux instruments mis en place par le gouvernement Ayrault : pacte pour la croissance, la compétitivité et l’emploi, contrats d’avenir et de génération et la loi de sécurisation de l’emploi ne pourront produire d’effets de levier qu’à la double condition de s’accompagner d’un contrôle exigeant sur leur mise en oeuvre et d’une inflexion forte de notre politique à l’échelle de l’Europe.

Sortir de l’euro cher et refuser la logique d’austérité imposée par la finance restent bien les deux tâches les plus urgentes du moment!

Xavier Dumoulin

(1) sur le mouvement de flexibilisation lire les très riches développements d’Alain Supiot, membre de l’Institut, dans son ouvrage « Critique du droit du travail »-PUF-éditions Quadrige-juin 2011 ( les pages 170-177 sur l’entreprise source de droit).

12345...146

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY