Pour une autre Europe

Articles archivés

Quelles propositions pour réorienter l’Europe?

Créé par le 27 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/economie/

Xavier DUMOULIN

Les français n’expriment-ils pas au travers de ce sondage un refus d’une Europe bien loin de leurs préoccupations? L’euro cher atténue la compétitivité de nos produits sur les marchés . Il pénalise la croissance et donc l’emploi. Les candidats reflètent dans leurs discours ce scepticisme. Aujourd’hui, la politique de l’Europe est totalement libérale. La commission joue son rôle de chienne de garde de la concurrence libre et non faussée. La Banque centrale conduit en toute indépendance la politique de l’euro cher. Ségolène Royal a bien raison de dénoncer cette Europe là. Mais pour construire « l’Europe des gens » qu’elle appelle de ses voeux, il conviendrait de faire preuve d’audace et de pragmatisme. Vite des propositions pour avancer sur de nouvelles bases! Ce serait la meilleure manière de rendre crédible le dépassement des clivages entre le oui et le non du 29 mai 2005. 27.12 à 10h03

Polémique autour de la Banque Centrale Européenne

Créé par le 26 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

 http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/20/20061220-actualite-economique-Polemique-politique-autour-de-la-BCE.php

Xavier DUMOULIN – 19.12.2006 – 21h27      

L’indépendance de la BCE découle du traité de Maastricht. Ce qui est en question aujourd’hui c’est bien l’orientation de la politique monétaire. Avec un euro cher (vis à vis du dollar)on se prive d’une compétitivité prix de nos produits à l’exportation. C’est le dogmatisme des libéraux qui conduit à ce type d’abérration. La politique de l’euro cher est dictée par le seul souci de juguler les tension inflationistes en renoncant à toute politique de relance de la consommation ou de l’investissement. C’est pourquoi le crédit doit rester élevé, ce qui permet par ailleurs de bien rémunérer le loyer de l’argent. La finance règne! Pour s’émanciper de ces mécanismes implacables, il conviendrait d’établir un gouvernement de la zone euro. La BCE serait alors au service des gouvernements. Cela permettrait d’utiliser l’euro comme levier de la croissance. Il faudrait aussi un budget européen et un emprunt favorisant des grands chantiers (infrastructures, réseaux, recherche etc)pour une relance à l’échelle de l’Europe. Ce serait une totale inversion des priorités! Mais qu’en pensent nos candidats à l’élection présidentielle?

Réorienter l’Europe

Créé par le 26 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/19/20061219-actualite-economique-Haro-sur-l-euro.php 

Xavier DUMOULIN – 19.12.2006 – 21h53

Est-ce bien raisonnable de prendre prétexte de l’isolement de la France pour accréditer l’idée qu’il n’y a rien de possible en dehors du statu quo? L’indépendance de la BCE réjouit les libéraux car elle garantit l’orthodoxie monétaire. Les tenants de cette politique ne veulent pas non plus de politique budgétaire ou de relance financée par l’emprunt. Ils refusent l’idée de coopérations industrielles privilégiant le théatre européen. Ils n’acceptent pas le principe d’une protection du grand marché européen avec des tarifs extérieurs protecteurs. Comme le prévoyait le défunt traité constitutionnel, ils veulent une concurrence libre et non faussée. Les libéraux font de l’Europe une passoire qui favorise le capitalisme mondialisé. Une autre logique est poutant possible à l’échelle de l’Europe. La France doit être plus audacieuse. Pourquoi ne pas renégocier le traité de Maastricht? Pourquoi pas un mémorandum de la France et au besoin un référendum? Les peuples européens ne seraient-ils pas intéressés à leur tour par une transformation de l’Europe?

Pour une autre vision économique

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

 http://www.lexpansion.com/18h/0.0.html

Xavier DUMOULIN
15/12/2006 à 07:01
C’est important de lutter contre les idées reçues. En matière économique on s’interdit toute réflexion sur les fondements des politiques. La croissance,le développement durable, l’emploi, le pouvoir d’achat doivent rester les ojectifs majeurs. Le cadre européen peut favoriser une relance dynamique et une politique industrielle. Pour cela l’Europe doit changer. Aujoud’hui c’est une passoire qui favorise la mondialisation capitaliste. Elle peut être un espace de coopérations entre Etats et déployer des fonds d’ajustement au profits de ses membres les plus en difficulté. La BCE doit agir pour la croissance et redevenir sous la tutelle des gouvernements. Une politique de change doit permettre à l’euro de favoriser le commerce avec les pays tiers (en refusant la politique de l’euro fort). Aura-t-on la volonté d’inverser le cours des choses? La logique qui préside c’est plutôt celle du moins disant social et fiscal et du libre échange. E Tood a le grand mérite de relancer ce débat. Dans quelle mesure peut -t-on donc protéger le marché intérieur européen et réorienter l’Europe?

Quelle relance de l’Europe?

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

Xavier DUMOULIN

16/12/2006 à 08:27
L’Europe actuelle n’inspire pas la confiance. La technocratie bruxelloise tant décriée n’agit en fait qu’en bonne intelligence avec les gouvernements libéraux qui font de l’Europe un espace du capitalisme mondialisé. Dans ce contexte quel sens peut avoir l’élargissement? Observons la difficulté présente à draîner des fonds pour accompagner les mutations alors qu’on assiste dejà à un déplacements de ces fonds vers les PECO au détriment du Sud (Espagne, Grèce, etc.). Pou avancer il conviendrait de changer la donne. Une relance à l’échelle de l’Europe est une nécessité. C’est un choix qui suppose : une volonté commune, des financements (infrastructures, réseaux etc.), un emprunt, un budget conséquent. Nous sommes loin du compte. C’est le fait d’une approche totalement libérale, garantie par une organisation et des règles, qui verrouille toute velleité d’avancée. Pour en sortir ne faut-il pas réviser la traité de Maastricht et le pacte de stabilité? Alors est-ce bien raisonnable de parler d’élargissement aujourd’hui?

1...5758596061

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY