Une autre mondialisation

Articles archivés

Quatre repères d’intérêt vital pour la France et la République

Créé par le 06 nov 2011 | Dans : Battre campagne, Blog du Che, Pour une autre Europe, Projet politique, Une autre mondialisation

Déclaration de Jean-Pierre Chevènement, 5 novembre 2011.
Une monnaie moins chère ; une Europe de la croissance plutôt que de la stagnation ; préserver notre souveraineté budgétaire et fiscale, sauvegarder notre indépendance en matière énergétique, de défense et de politique extérieure ; redresser l’Europe : construire une Europe européenne qui soit un pôle dans le monde multipolaire de demain.


1. Tout au long de cette année, j’ai beaucoup réfléchi et écouté. J’ai décidé d’être candidat à la présidence de la République en 2012, comme je l’avais annoncé, « pour faire bouger les lignes ». Pour mettre la gauche et la France à la hauteur des défis qui sont devant elles.

2. Nous sommes en effet à la veille de très fortes secousses. Avec la crise de l’euro, l’Europe se trouve dans l’œil du cyclone.

3. Ceux qui nous dirigent ou qui aspirent à le faire, pas plus que nos gouvernants de 1940, ne se sont préparés à y faire face. Or, dans cette période de tempêtes, il faudra maintenir le cap des intérêts de la France et de la République, qu’ils ont souvent perdu de vue depuis longtemps (cf.8). C’est pourquoi je suis candidat, pour aider à trouver un chemin.

4. La crise de la monnaie unique a, en effet, sa cause dans la monnaie unique elle-même, que nos dirigeants ont soutenue tous ensemble, à Maastricht, il y a vingt ans. L’erreur du traité que j’ai combattu a consisté à vouloir transférer à un aréopage de banquiers irresponsables la souveraineté monétaire de dix-sept pays très différents par leurs structures économiques, leurs langues, leurs cultures et leurs options politiques. Or, au lieu de converger, leurs économies ont divergé. L’écart s’est creusé entre l’Allemagne industrielle et excédentaire au Nord et les pays du Sud de l’Europe déficitaires et en voie de désindustrialisation rapide. La monnaie unique était censée unir. Elle divise. Les politiques de rigueur conjuguées conduisent à une récession généralisée.

5. Le sommet de Bruxelles n’a rien réglé. Il n’a posé que des rustines. Les ressources disponibles du Fonds européen de solidarité financière sont insuffisantes : 250 milliards face aux 3 400 milliards de dettes des cinq pays « sous tension ». Cette insuffisance ouvre la voie à l’ingérence extérieure. Après la Grèce, qui renâcle devant sa mise en tutelle, c’est le tour de l’Italie d’être attaquée et mise sous le contrôle du FMI. La rigueur s’impose par diktat. Au sommet du G20, à Cannes, la crise de l’euro a occulté le reste : la réforme du système monétaire international n’a pas progressé.


6. Il y a pourtant des solutions pour réconcilier l’Europe avec le progrès et avec la démocratie, essentiellement deux :

a) Pour sauver la monnaie unique, adosser le Fonds européen de solidarité financière aux ressources de la Banque Centrale européenne, comme l’avait proposé initialement le gouvernement français, afin de casser la spéculation. Donner à la Banque Centrale européenne les mêmes prérogatives que la Banque Centrale américaine qui détient 2000 milliards de bons du Trésor américain et soutient la croissance aux Etats-Unis.

b) A défaut d’un accord du gouvernement allemand sur cette première solution, le compte à rebours de la dissociation de la zone euro est enclenché. Mais il est encore possible de limiter les dégâts :
- il faudrait organiser de manière négociée la mutation de la monnaie unique en monnaie commune, projet raisonnable, soutenu il y a une vingtaine d’années par M. Bérégovoy et par M. Balladur ;
- il faudrait pour cela négocier un système de parités stables et ajustables pour corriger les écarts de compétitivité entre les différents pays tout en préservant l’euro comme « toit européen commun ». Cet euro pourrait être utilisé dans les échanges extérieurs, les monnaies nationales étant réservées aux transactions internes. Il n’est pas déshonorant de rectifier une erreur et de revenir à un système monétaire moins rigide et plus souple.

7. Malheureusement les dirigeants de l’Europe ne sont pas capables de faire des choix viables et cohérents, soit pour sauver la monnaie unique en réformant son architecture, ce que j’ai toujours proposé, soit pour revenir à une monnaie commune, plus robuste. Ils manquent du plus élémentaire réalisme pour sortir de l’impasse à moindres frais.

8. Face aux secousses inévitables, il faut garder le cap des intérêts supérieurs de la France et de la République. Ceux qui nous dirigent ou aspirent à le faire, l’ont le plus souvent perdu de vue. Or, il n’est pas de cap pour qui ne connaît pas le port.

Quels sont ces intérêts majeurs que dans les années à venir il faudra conserver à l’esprit ? J’en vois quatre :

a) D’abord une monnaie moins chère que l’euro actuel surévalué de 25 %. Une monnaie moins chère pour permettre la réindustrialisation. Notre base industrielle a rétréci de moitié depuis trente ans. Or, sans base productive solide, pas de protection sociale efficace ! Voilà trente ans que je le répète : une industrie moderne c’est la condition de tout le reste : exportations, recherche, emploi, y compris dans les services, avenir de la jeunesse.

b) Deuxièmement, il faut organiser une Europe de la croissance, avec politique monétaire active, une monnaie non surévaluée, un commerce ouvert aux concurrences loyales, un plan d’investissements dans les secteurs d’avenir (transition énergétique, transports et villes durables, etc.). Il n’est pas normal que l’Europe soit le seul continent voué à la stagnation économique.

c) Troisièmement il faut préserver, avec la démocratie et les droits du Parlement, notre souveraineté budgétaire et fiscale, sauvegarder notre indépendance en matière énergétique, de défense et de politique extérieure. Pas question de brader l’atout nucléaire de la France. Nos centrales nous donnent une électricité 40 % moins chère que celle qu’il faudrait produire en substitut. Pas question de laisser partir en fumée des centaines de milliards investis depuis un demi-siècle ! Pas question de sacrifier sur l’autel de la règle d’airain budgétaire, la dissuasion nucléaire qui garantit notre sécurité à long terme. Pas question de sacrifier non plus notre siège de membre permanent du Conseil de Sécurité de l’O NU ou notre réseau diplomatique, le deuxième du monde.

d) Il faut enfin redresser l’Europe : construire une Europe européenne qui soit un pôle dans le monde multipolaire de demain. Une Europe non pas fédérale – ce n’est pas mûr – mais confédérale, appuyée sur ses nations et sur la démocratie qui vit en chacune d’elle, une Europe à géométrie variable, avec une monnaie non pas unique mais commune. Pour construire cette « Europe européenne » une France forte est nécessaire.

9. Ces quatre grands repères ne sont guère présents à l’esprit de ceux qui nous dirigent ou aspirent à nous diriger.

a) Selon Nicolas Sarkozy, « si l’euro explose, l’Europe disparaît ». Cela n’a pas de sens. La Grande-Bretagne n’est pas dans l’euro mais elle est dans l’Europe. Celle-ci existait avant l’euro. Elle existera après. Nicolas Sarkozy nous dit qu’il faut coller à l’Allemagne. Il faut certes dialoguer avec elle mais en s’appuyant sur nos propres atouts. Nos modèles sont différents et nos intérêts peuvent l’être temporairement. Trouvons avec l’Allemagne les compromis nécessaires. Nicolas Sarkozy nous fixe l’horizon du « triple A ». Ce n’est pas un projet républicain dans lequel le peuple puisse se reconnaître. C’est transférer la souveraineté populaire aux agences de notation ! Au total, Nicolas Sarkozy ne nous offre à travers la règle d’or – en fait d’airain – que l’horizon d’une austérité à perpétuité.

b) François Hollande refuse, lui, d’inscrire la règle d’or dans la Constitution mais il l’appliquerait, en réduisant dès 2013 le déficit budgétaire à 3 % du PIB. Je ne discerne pas la logique alternative qu’il propose. Il évoque les eurobonds mais l’Allemagne n’est pas prête à mutualiser sa dette avec celle des autres. Tout au plus accepterait-elle peut-être un emprunt européen pour financer quelques travaux d’infrastructures …

c) Les invocations au fédéralisme qui se font entendre à gauche et à droite dissimulent le fait que ce fédéralisme ne peut être que coercitif et déboucher sur un espace disciplinaire.

Les Français ont besoin de repères clairs, sur l’Ecole, la sécurité, l’intégration, mais d’abord sur l’Europe car c’est par là que la maison brûle. Il faut donc une vision et d’abord pour remettre l’Europe sur ses pieds.

La France, depuis trop longtemps, minée par le doute, doit retrouver confiance en elle-même : les secousses sont inévitables et l’effort le sera aussi. Mais cet effort doit avoir un sens, et la justice être au rendez-vous.

Il faut enfin parler le langage de la vérité, y compris sur les moyens que nous prendrons. C’est le seul moyen d’éviter les déceptions après 2012. Nous ferons ainsi barrage à l’extrême droite.

Il faut remettre d’aplomb la République et refaire des citoyens. C’est pour cela que j’ai choisi de faire entendre ma voix

 

Avant le G20, des milliers d’altermondialistes convergent à Nice

Créé par le 01 nov 2011 | Dans : Gauche anti-libérale, Une autre mondialisation

Des altermondialistes se préparent le 31 octobre 2011 à Nice à leur manifestation internationaleDes altermondialistes se préparent le 31 octobre 2011 à Nice à leur manifestation internationale Anne-Christine Poujoulat afp.com

C’est le grand rendez-vous à ne pas manquer, pour eux. Des milliers d’altermondialistes doivent converger mardi à Nice (Alpes-Maritimes) pour une manifestation internationale dénonçant les pratiques des marchés financiers et leurs méfaits sur «les peuples», deux jours avant la tenue à Cannes d’un G20 avec 25 chefs d’Etat et de gouvernement.

«Nous refusons de laisser aux puissants le droit d’imposer leurs solutions à des crises qu’ils ont engendrées. Des voies alternatives existent», résument les tracts des organisateurs de la manifestation, qui espèrent attirer quelque 10.000 personnes mardi sur un parcours excentré du nord-est de Nice.

Le collectif organisateur regroupe plusieurs dizaines de syndicats et d’associations (Attac, Greenpeace, Mrap ou encore Ligue des droits de l’Homme), soutenus par des partis écologistes et d’extrême gauche. Des militants étrangers devraient faire le déplacement notamment d’Allemagne, d’Espagne ou d’Italie.

Un «sommet des peuples»

Les manifestants ont commencé dès lundi soir à se rassembler aux «Anciens abattoirs», un centre culturel municipal ouvert pour la semaine aux protestataires, qui, outre la manifestation, organisent jusqu’à vendredi un «sommet des peuples» avec un programme très dense de conférences-débats.

«Paradis fiscaux, qu’on les ferme», réclamait un calicot d’Attac à l’entrée.

Mardi, la manifestation, qui démarre à 15h, promet d’être encadrée par un solide dispositif de sécurité, alors que la plupart des commerces seront fermés en ce jour férié.

Lire la suite de la dépêche AFP dans 20 Minutes http://www.20minutes.fr/economie/815644-avant-g20-milliers-altermondialistes-convergent-nice

Indignés, Stéphane Hessel et Edgar Morin prônent l’espérance

Créé par le 23 oct 2011 | Dans : Articles de fond, Une autre mondialisation

Le chemin de l’espérance chez Fayard

mercredi 5 octobre 2011
Posté par
David Naulin

A près de 184 ans à eux deux, Stéphane Hessel et Edgar Morin marient leur ardeur juvénile et leurs réflexions dans un manifeste, « Le chemin de l’espérance », qui préconise insurrection des consciences et exigence citoyenne, socles selon eux d’une « politique du bien-vivre ».

Le propos de ce petit ouvrage de 60 pages est de « dénoncer le cours pervers d’une politique aveugle qui conduit au désastre, d’énoncer une voie politique de salut public et d’annoncer une nouvelle espérance », soulignent ces deux symboles de la Résistance et amis de longue date. « Nous ne proposons pas de pacte aux partis existants », insistent-ils. « Nous souhaitons contribuer à la formation d’un puissant mouvement citoyen, d’une insurrection des consciences qui puisse engendrer une politique à la hauteur de ces exigences ».

Avec un discours engagé, ils appellent à dépasser les clivages idéologiques pour trouver des solutions afin de sortir la France et l’Europe de la crise. Ils définissent ainsi quatre sources pour « alimenter la gauche : la source libertaire, qui se concentre sur la liberté des individus ; la source socialiste, qui se concentre sur l’amélioration de la société ; la source communiste, qui se concentre sur la fraternité communautaire. Ajoutons-y la source écologique, qui nous restitue notre lien et notre interdépendance avec la nature et plus profondément notre Terre-mère, et qui reconnaît en notre Soleil la source de toutes les énergies vivantes. »

Il y a près d’un an, l’ancien diplomate et corédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, 94 ans en octobre, publiait « Indignez-vous !« , vendu depuis à près de deux millions d’exemplaires en France, traduit en Europe, en Chine, aux Etats-Unis, et devenu le cri de ralliement de la jeunesse, en Espagne ou ailleurs.

Également auteur de « Engagez-vous !« , Stéphane Hessel a toujours reconnu « un frère de lutte » en Edgar Morin, qui a publié en 2011 « La Voie« , vendu à 70.000 exemplaires.

Le philosophe et sociologue de 90 ans y exposait comment « changer le changement », en cessant de ressasser des solutions éculées ou partisanes. Cette fois, c’est d’une seule voix que les deux nonagénaires prônent « une politique du vouloir-vivre et revivre, qui nous arrache à une apathie et à une résignation mortelles ». « Le vouloir-vivre nourrit le bien-vivre. L’un et l’autre, ensemble, ouvrent le chemin de l’espérance », lancent-ils avec enthousiasme.

Pour y parvenir, ils proposent par exemple la création d’un Service civique de la fraternité et de Maisons de la fraternité.

Les auteurs assurent ne pas vouloir fonder un nouveau parti, ni en rallier un ancien, mais souhaiter « une politique régénératrice qui réformerait en profondeur à la fois notre société et nos modes de vie ».

Lire la suite  http://cdurable.info/Le-chemin-de-l-esperance-Stephane-Hessel-Edgar-Morin-Fayard.html

Références : « Le chemin de l’espérance »Stéphane Hessel et Edgar Morin – Editions : Fayard – 60 pages – EAN : 9782213666211 – Prix : 5 euros – En librairie depuis le 28 septembre.

Les « Indignés » de la planète manifestent samedi 15 octobre. De la City de Londres à Wall Street en passant par la Puerta del Sol de Madrid, des milliers de personnes vont exprimer leur mécontentement et demander de nouveau la « démocratie réelle » dans plus de 700 villes.

Créé par le 15 oct 2011 | Dans : Une autre mondialisation

Aujourd’hui, les revendications des « Indignés » sont les mêmes à l’échelle de la planète. Tous exigent une société « éthique », « plus démocratique » et où les préoccupations des sans grade seraient mieux prises en compte par les différents pouvoirs.

De nationales, les revendications des « Indignés » sont devenues globales. Retour sur un mouvement qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

En mai 2011, des centaines de jeunes Espagnols se réunissent sur la Puerta del Sol, à Madrid. Leurs revendications, au départ, sont locales. A la veille des élections municipales et régionales, ils dénoncent les mesures d’austérité et le chômage massif qui frappe la jeunesse espagnole. Pour se faire entendre des partis politiques, ils menacent de boycotter les élections et décident de camper sur les places des plus grandes villes espagnoles.

>> Lire : Les Indignés espagnols se félicitent du succès mondial de leur mouvement

« Los Indignados », surnommés ainsi par la presse locale, vont faire des émules. Très vite, des mouvements solidaires se mettent en place dans d’autres pays européens. Comme en France, à Paris, où sur la place de la Bastille, des centaines de jeunes, moins nombreux et moins organisés, tentent de lancer un mouvement similaire. Un échec.

>>Lire : Après Madrid, les « indignés » français s’installent place de la Bastille

Avec l’accentuation de la crise, les Grecs prennent le relais et deviennent le fer de lance du mouvement. Des centaines de jeunes Grecs occupent la place Syntagma. Toutefois, les Grecs manifestent essentiellement pour dénoncer leur politique intérieure et débraient massivement contre le plan de rigueur imposé par leur gouvernement.

>>Lire : Le mouvement grec n’est pas celui des Espagnols

Le mouvement rebondit, là ou on ne l’attendait pas. Hors d’Europe en Israel, à Tel-Aviv. En juillet, des milliers d’Israéliens installent leurs tentes dans la rue. Le mode opératoire est le même, les revendications aussi. Comme la société israélienne n’est pas des plus revendicatives, les « Indignés » israéliens donnent une nouvelle ampleur au mouvement et l’internationalise.

>> Lire l’éditorial du Monde : Le message politique des Indignés israéliens

Comme souvent, ce sont les Américains qui donneront une dimension planétaire au mouvement. Depuis un mois, des New-Yorkais de tout âge occupent un square, près du temple de la finance, Wall Street. Ils imposent le slogan « We the 99 % », soit  « nous représentons 99 % de la population mondiale face au dernier pourcent qui s’accapare les richesses ». Un slogan qui maintenant fédère le mouvement.

>> Lire notre interview d’un chercheur de l’IRIS : « Ils estiment que leurs dirigeants ne les représentent plus »

Depuis le mouvement continue d’essaimer. A Londres, à Rome mais aussi à Rio de Janeiroau Koweit, à Toronto.  Ou encore à Bruxelles, où vendredi, une manifestante a été blessée par un policier.

A l’image du printemps arabe, le mouvement des « Indignés » se structure sur Internet. On ne compte plus les sites recensant la moindre action. Mais, rançon de son esprit démocratique, égalitaire et international, les « Indignés » peinent à faire émerger un leader, véritable caisse de résonnance de leurs revendications.

Le Monde.fr

« Che 2012″ pour faire bouger les lignes !

Créé par le 09 oct 2011 | Dans : Battre campagne, Contre la guerre, Contre le candidat du capitalisme mondialisé, Le Che, Pour une autre Europe, Une autre mondialisation

Jean-Pierre Chevènement, le 22 août 2010 à Frangy-en-Bresse dans l'est de la France

« Pour sortir la France de l’impasse et lui préparer un autre avenir, il nous faut armer les consciences, élever le niveau du débat, faire bouger les lignes.

Comment y parvenir ?

Moi, je vous pose la question. Etant donné ce que sont les institutions de la Vème République peut-on le faire autrement qu’en étant candidat ? C’est une question difficile à laquelle je vous demande de réfléchir. Gardez intact votre courage car notre ligne de force est la bonne. La France aura besoin, quoi qu’il arrive dans les années qui viennent, d’un recours. Elle aura besoin de retrouver ses fondamentaux. Elle aura besoin d’un axe politique. Elle aura besoin d’un projet. Et moi, j’aime mon pays. Je crois en la France. Je ne pense pas que la France soit morte. Je pense que le passé pèse sous les apparences de l’éphémère et que l’anecdote dans laquelle on voudrait nous entrainer – comment se passe le retour de celui-ci, et celui-là va-t-il y aller, etc. – n’est rien et qu’il y a en profondeur un peuple qui a une tradition, qui a une volonté, qui a des valeurs, pas seulement des valeurs d’égalité, mais aussi des valeurs de création, de courage, de liberté créatrice et c’est cette capacité d’orientation que nous allons devoir, ensemble, exercer. Je vous donne donc rendez-vous dans les prochaines semaines. »

Jean-Pierre Chevènement

Discours de Carros

A lire sur le blog citoyenmemo00061.jpg

Présidentielles : le jeu fermé DSK/Sarkosy/ Le Pen… est-il une fatalité?

Suite des entretiens du blog citoyen et d’AgoraVox avec J.P Chevènement: “Je ne suis pas contre l’Europe. Je suis contre la superposition à l’idée européenne d’un logiciel néolibéral à travers l’acte unique!”

Les entretiens du blog citoyen :”tordre le bâton dans l’autre sens” à l’occasion des prochaines élections en France, en Allemagne et en Italie

Jean-Pierre Chevènement, en visite à Bordeaux, livre au Blog citoyen, socialiste et républicain son analyse sur l’évolution de l’intervention en Libye après les évènements des jours derniers

Les entretiens du blog citoyen : Chevènement et la présidentielle

Un président pour la reconquête d’une France républicaine

Jean Pierre Chevènement en exclusivité pour le blog citoyen, socialiste et républicain en Juin 2008 : “Vivre c’est lutter!”

L’audace politique de Jean Pierre Chevènement

L’honneur de Jean Pierre Chevènement

12345...25

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY