Une autre mondialisation

Articles archivés

Du nouveau leadership aux embarras de la puissance, par Bertrand Badie

Créé par le 24 jan 2010 | Dans : Une autre mondialisation

Jamais une catastrophe naturelle n’avait été portée à ce niveau de politisation, mobilisant les chefs d’Etat, les ressources diplomatiques et militaires, engageant débats et même polémiques. Nulle trace de ce type lors des gigantesques inondations qui firent 300 000 morts au Bengale en novembre 1970, tandis que, plus récemment, les tremblements de terre qui frappèrent l’Indonésie ou l’Iran n’eurent guère le même impact. Même le tsunami qui déferla sur l’Asie du Sud-Est n’atteignit pas les mêmes niveaux de réactions politiques.

L’ampleur de la catastrophe y est pour beaucoup, mais la médiatisation pour plus encore. Après tout, le monde accueillit dans l’indifférence l’annonce faite par la FAO, en novembre 2009, que le seuil du milliard d’affamés était effectivement franchi. Lorsque les images choquent, la diplomatie publique est en marche, devenant même diplomatie d’opinion. Mais si l’émotion devient une ressource de la politique mondiale, elle n’explique pas tout.

Bien des raisons poussaient Barack Obama à réagir de manière si active et manifeste. Au-delà de la sincérité de l’homme d’Etat qui assiste à une tragédie à moins de 1 000 kilomètres de ses côtes, le souvenir de la passivité de son prédécesseur face au désastre causé par Katrina ne pouvait que peser. On retiendra surtout une autre face du message : la reconstruction du leadership américain sous l’angle de la bienveillance et de l’assistance, rompant avec l’image de l’intervention musclée qui alimentait, avec l’échec qu’on sait, les mirages du « regime change », de l’affrontement militaire avec l’ »axe du Mal », ou de la démocratisation forcée. Le nouveau président veut mettre un terme à ce que Pierre Hassner appelle « le wilsonisme botté » pour revenir vers ce que la science politique libérale nommait autrefois le « benign leader » (« leader bienveillant »).

Le changement n’est pas radical. La pratique avait été amorcée après la chute du Mur : l’opération montée en Somalie, décidée par Bush père en décembre 1992 et exécutée par Bill Clinton, était un peu la promesse de l’aube. Ne s’intitulait-elle pas « Restore Hope » (« rétablir l’espoir ») et ne cherchait-elle pas à porter secours à un pays affamé ? Elle échoua bien vite, d’autant plus promptement qu’elle rencontrait une guerre civile et qu’il fallut donc livrer bataille. Quatre ans auparavant, des éléments de l’OTAN intervenaient en Arménie, encore soviétique, victime d’un séisme puissant, le jour même où les Nations unies votaient la résolution sur le devoir d’ingérence humanitaire…

La parenthèse est oubliée, ou presque, car tout conduisait à la refermer : la nature exceptionnelle du contexte, le succès mitigé des opérations, leur dérive politique dans la Corne de l’Afrique, tout comme la périlleuse assistance portée aux convois humanitaires au Kurdistan irakien au printemps 1991. Allons au-delà : la malédiction de la puissance ne se limite pas aux risques de sa dérive guerrière : en cela, le pari de M. Obama est quelque peu aventureux. La forme de son engagement en Haïti est généreuse, mais incertaine. Le président entend affirmer qu’il adhère toujours à l’idée du leadership américain. Ce choix conduit pourtant à une triple incertitude.

Dans le monde post-bipolaire, l’usage de la puissance conduit aux vertiges de la concurrence contrariée, et donc au ressentiment. On le voit lorsque le président français demande, avec toutes les précautions d’usage, une place privilégiée dans une opération montée de Washington et revendiquant pour principaux partenaires le Brésil et le Canada, dans la parfaite ligne de la doctrine Monroe (qui en 1923 réserve aux Américains le droit d’intervenir sur leur continent). On le perçoit à travers les récriminations infinies et discrètement politisées nourries par ceux, officiels ou ONG, qui n’ont pas les faveurs de l’autorité aéroportuaire de Port-au-Prince sous administration américaine. On le conçoit lorsque l’Union européenne montre sa faible réactivité, laissant les Etats qui la composent agir en ordre dispersé. On le pressent lorsqu’on observe les initiatives de la Chine, jusque-là peu présente au sein d’un pays qui préférait regarder du côté de Taïwan.

Diplomatie contestataire

Dans un monde globalisé, dominé par de fabuleuses inégalités, la puissance alimente machinalement la protestation. Elle vient aujourd’hui du Venezuela et des souverainismes les plus rigides : elle peut provenir demain de tous ceux qui gagnent à nourrir une diplomatie contestataire et qui peuvent légitimement demander si la coopération, voire la solidarité, vaut une suspension aussi ostentatoire des attributs de souveraineté d’un petit pays. Le débat n’est pas nouveau : le concept d’Etat effondré avait été inventé exprès lors de la crise somalienne pour justifier l’intervention étrangère.

Depuis, on a appris que le concept était relatif, peu solide, et sujet à tous les abus. On se persuade surtout qu’il appelle logiquement au multilatéralisme, dont la mission est justement de prendre le relais d’une autorité publique défaillante. Cette subsidiarité est infiniment plus légitime et moins risquée sur le plan des dérives.

Dans un monde où « l’intersocial » remplace de plus en plus l’international, la restauration des acteurs locaux dans leurs droits et leurs devoirs est à la base même d’une action efficace. La militarisation des crises et des modes d’intervention fait peser un risque fort, d’autant plus occulté qu’une sorte de loi tendancielle repousse toujours au lendemain la remise aux sociétés de ce que la puissance a appris à faire au quotidien.

Cette crise que la nature a rendue paroxystique et dramatique existait déjà dans l’indifférence politique presque générale. Sa politisation brutale peut la faire évoluer, vers le meilleur ou vers le pire. Le meilleur tiendrait à une prise de conscience globale des souffrances d’un peuple oublié qui réapparaîtrait ainsi sur la carte du monde. Le pire serait d’en faire un laboratoire d’essais d’un leadership repensé, demain l’objet d’une compétition diplomatique revigorée, et après-demain un symbole de résistance aux apories de la puissance.



Bertrand Badie est professeur de relations internationales à Sciences Po.

Seize thèses pour penser l’avenir, par Jean-Pierre Chevènement

Créé par le 31 août 2009 | Dans : a-Fédérations MRC d'Aquitaine, Blog du Che, Débats autour de la refondation de la gauche, Le Che, Projet politique, Une autre mondialisation

Grands textes

Développements de Jean-Pierre Chevènement, après son intervention à l’université d’été du Parti socialiste à La Rochelle, samedi 29 août 2009. (Ce texte n’est pas celui de l’intervention de Jean-Pierre Chevènement. Il la nourrit et la développe)


Seize thèses pour penser l'avenir

Première thèse : Le cycle néo-libéral se ferme

Le problème de la gauche aujourd’hui est que, confrontée à la grande crise du capitalisme financier, qu’elle a non seulement laissé s’installer mais fortement contribué à mettre ou à maintenir en selle en Europe, en France après 1983, en Grande-Bretagne avec Tony Blair, en Allemagne avec Gerhard Schröder, et en Italie avec Romano Prodi, elle se bat les flancs sans voir quoi d’autre mettre à la place. C’est une crise de l’imagination qui n’est pas sans lien avec une pratique politique opportuniste qui a éloigné de la gauche les couches populaires.

Pour beaucoup de femmes et d’hommes se disant « de gauche », la dictature de l’actionnariat à travers les marchés financiers régentant l’allocation du capital, la production, les échanges et la reproduction sociale paraît être aujourd’hui inévitable et comme procédant de la nature des choses. Sans doute la gauche sociale-libérale peut-elle imaginer quelques correctifs à la marge (RMI, CMU) mais la domination des marchés financiers qui s’est installée depuis trente ans sur les décombres du fordisme, du keynésianisme, de l’Etat-providence et des régulations nationales, semble borner son horizon. Cette gauche doit donc penser l’impensable : qu’il puisse y avoir un « au-delà » du capitalisme financier, que les marchés financiers ne bornent pas l’horizon de l’Humanité, que ce sont les peuples et les nations qui font l’Histoire et qu’il est temps de remettre celle-ci consciemment en marche. A une gauche digne de ce nom, il faut donc penser et proposer un dépassement du capitalisme financier à travers des mesures concrètes réalistes et convaincantes. C’est ainsi seulement qu’elle pourra surmonter le discrédit qui est le sien dans les couches populaires, convaincues aujourd’hui que le social-libéralisme n’a été et ne peut être qu’une stratégie d’accompagnement de la mondialisation financière honnie. Bref, il lui faut être crédible et elle ne peut l’être, comme après Epinay, qu’à partir d’une autocritique, qui vaille rupture aux yeux du plus grand nombre, avec la pratique antérieure.


 

Deuxième thèse : La social-démocratie correspond à un âge aujourd’hui révolu

L’équilibre entre le travail et le capital a été rompu par la globalisation financière. L’effondrement du communisme, dont la puissance d’intimidation avait d’ailleurs depuis longtemps décliné, a privé la social-démocratie d’un moyen de chantage et d’une rente de situation commodes. La part des salaires dans le revenu national a diminué de dix points depuis les années quatre-vingt. Sur trente ans, en France, le pouvoir d’achat des salaires n’a augmenté que de 0,8 % par an. Le lien entre productivité et rémunération du travail a été rompu à l’échelle mondiale. Parallèlement, les taux de syndicalisation enfin ont fortement chuté. La politique social-libérale, dite « de troisième voie », a échoué. La gauche dominait onze gouvernements de l’Union européenne sur quinze à la fin des années quatre-vingt-dix. Elle a partout perdu le pouvoir ou est en voie de le perdre, ainsi en Grande-Bretagne et en Espagne.

Comment cette gauche échouée pourrait-elle relever ce défi qui peut paraître sans précédent ? Au moins cinq « fins de cycles » se superposent : la fin de la domination occidentale sur le monde avec le déclin plus qu’engagé de l’hégémonie américaine, celles, au fond, jumelles, du communisme et de la social-démocratie, l’épuisement déjà ancien de la gauche libérale classique et enfin l’achèvement du cycle court social-libéral avec la crise du capitalisme financier dont il n’était au fond que l’ombre portée.

Troisième thèse : Le ressourcement de la gauche dans les valeurs de la République

A ce stade, la gauche ne peut se ressourcer qu’à ce qui fait son identité historique depuis plus de deux siècles :

- d’abord une volonté d’égalité qui n’est pas l’égalitarisme, mais la capacité donnée à chacun d’aller au bout de ses possibilités ;
- ensuite une volonté de raison qui doit nous inciter à « penser le monde » d’aujourd’hui mais aussi à revenir aux sources de la République en s’adressant au peuple tout entier.

La « classe des producteurs » ne s’identifie plus, en effet, à un « bloc de classe » homogène. Les services multipliés font partie de la production. Des statuts différenciés recouvrent la réalité de la création de la valeur. Celle-ci ne peut plus s’analyser que dans un contexte mondial. Et s’il y a des gagnants et des perdants dans la globalisation, le fait majeur est aujourd’hui la paupérisation des classes moyennes. La définition de la social-démocratie comme parti de la classe ouvrière ne correspond plus à la réalité observable. Le retour aux sources de la République esquissé jadis par Jaurès : l’appel à la raison du citoyen correspond mieux au stade actuel de développement de la société. La gauche gagnerait donc à se définir comme « parti républicain du peuple », en fonction d’un intérêt général répondant à l’intérêt social global.

Quatrième thèse : Le sens de la mutation républicaine

La gauche doit donc faire sa mutation républicaine. Cela ne la détournera pas, bien au contraire, des couches populaires qu’elle ne pourra reconquérir que sur cette base. Et pas davantage des couches moyennes dont l’instabilité peut d’autant mieux être combattue par un appel permanent au civisme et au dépassement qu’elles se trouvent précarisées par la logique du capitalisme financier.

Que signifie l’appel à l’intérêt général ? Celui du peuple français, bien sûr, dont la gauche sollicite les suffrages. Mais intérêt général aussi de l’Humanité tout entière car la planète est devenue petite, intérêt général à l’intérieur duquel il y a évidemment place pour un intérêt européen bien compris : l’Europe n’existera en effet que si elle ne se laisse pas écraser entre les Etats-Unis et la Chine. Dans un monde devenu multipolaire, c’est le rôle de la France de faire émerger un pôle européen autonome.

Cinquième thèse : Comprendre la crise, économique mais aussi géopolitique

Pour penser l’intérêt général il faut d’abord comprendre le monde. La montée de pays émergents et la nouvelle multipolarité du monde marquent la fin d’une période de plus d’un demi-siècle, celle de l’hégémonie américaine. Certes ce grand pays a tout son avenir devant lui et les Etats-Unis resteront encore longtemps une « nation incontournable ». Ce qui marquera les prochaines décennies ce sera la montée de l’Asie, et plus généralement des pays milliardaires en hommes, à commencer par la Chine et l’Inde.

La relation sino-américaine est d’ores et déjà structurante pour le XXIe siècle. Elle l’est dès aujourd’hui pour l’avenir du libre-échange et pour celui du dollar. La parité entre le yuan et le dollar exprime la réalité actuelle de ce qu’on a appelé improprement le G2. Le modèle de développement qui a prévalu depuis trente ans a été fondé sur la liberté donnée au capital occidental, aux firmes multinationales et aux fonds d’investissement de mettre en concurrence les territoires et les mains d’œuvre, sous l’égide d’une monnaie mondiale qui est aussi et d’abord celle des Etats-Unis. Ce modèle a généré des déséquilibres profonds entre pays excédentaires en marchandises et en épargne (Chine, Japon, Allemagne, pétromonarchies) et pays déficitaires (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Espagne). La stagnation du pouvoir d’achat a favorisé l’endettement.

Sixième thèse : Ces déséquilibres vont s’accroître

Les plans d’assainissement financiers et les plans de relance mis en œuvre depuis 2008 vont accroître les déséquilibres au lieu de les corriger.

De nouvelles crises sont à l’horizon : au plan monétaire, au plan économique et au plan commercial. Le capitalisme financier va voir sauter les unes après les autres les « régulations de marché » sur lesquelles il a fondé son développement : marchés financiers par une remise en cause de la liberté de mouvement des capitaux et par des mesures de sauvegarde monétaire, échanges internationaux par une remise en cause d’un libre échangisme qui fait fi des sociétés et des nations qu’on ne peut « délocaliser » comme les entreprises en vertu de la loi ricardienne des avantages comparatifs. Cela se fera à bas bruit pour commencer, et cela partira de la tête, c’est-à-dire des pays leaders : Etats-Unis, Chine d’abord.

Septième thèse

Le premier risque dans le monde qui vient est de voir s’opposer les pays du Nord et les pays du sud.

- Le premier épisode a été la « guerre des civilisations » décrétée d’une part par Al-Quaïda et, d’autre part stupidement, en réponse, par l’Administration Bush, en 2001-2003. On a vu avec l’invasion de l’Irak que les enjeux de cette guerre étaient dissimulés. La globalisation financière porte en elle des tensions qui se déchargent en crispations identitaires, violences paranoïaques, mises en scène guerrières et stratégies prédatrices.

- Le deuxième risque est celui d’un conflit ouvert entre les Etats-Unis et la Chine.

- Le troisième risque, pour nous décisif, voit déjà l’Europe prise en étau et en otage de la relation sino-américaine, écrasée entre la concurrence du dollar et celle des marchandises produites à très bas coût.

Ce risque est d’autant plus difficile à conjurer que l’Union européenne actuelle est une machine d’impuissance : structurellement libérale et tournée vers la préservation des actifs boursiers, elle nous désarme sur le plan commercial, à l’OMC, comme sur le plan monétaire, avec un euro toujours plus fort. Au cœur de cette impuissance, il n’y a pas seulement l’effondrement du mythe fédéraliste européen (il était inévitable et il a au moins l’avantage de nous débarrasser d’illusions coûteuses), il y a surtout une politique économique non coopérative de l’Allemagne : déflation salariale et recherche de l’hypercompétitivité, accumulation d’un excédent commercial massif au détriment d’abord des partenaires européens, refus d’un gouvernement économique de la zone euro et recherche d’un euro fort. L’Allemagne a la politique de sa démographie vieillissante. Il lui faut accumuler des excédents propres à nourrir une stratégie d’investissement et de placements extérieurs, sources de dividendes et de revenus ultérieurs, censés lui permettre de financer ses retraites et ses dépenses de santé. En fait cette stratégie se confond avec celle du capital financier. Elle n’a pas empêché la régression de la base industrielle du pays.

Nous sommes loin de « l’Allemagne européenne » prêchée jadis par le Chancelier Kohl. Il est sans doute heureux que l’Allemagne redevienne une nation « normale ». Il serait plus heureux encore qu’elle ne revienne pas à sa tradition particulariste (le « Sonderweg ») mais qu’elle fasse sienne une conception républicaine de la nation ouverte sur l’Universel. Car cette stratégie d’accumulation d’excédents est à courte vue. Elle est fondée sur une restriction de la demande qui pèse sur la croissance allemande aussi bien que sur la croissance européenne. Une nation allemande « républicaine » doit être capable de dialoguer avec les autres nations européennes sur la base d’un intérêt général partagé, sous réserve, bien évidemment, de réciprocité.

Comment sortir de cette crise systémique ?

Huitième thèse : Le capitalisme se veut « sensiblement éternel »

Depuis que le système capitaliste a pris forme, à partir de la révolution industrielle de la fin du XVIIIe siècle, ou même, selon Immanuel Wallerstein, depuis le début du XVIe siècle, il n’a cessé d’aller de crise en crise, par oscillations successives vers des développements toujours nouveaux.

Le capitalisme lui-même est fondé sur une prétention à retarder indéfiniment le moment de sa chute. Fondé sur un déséquilibre structurel, bien mis en valeur par Karl Marx, il revendique, grâce à des modèles de croissance constamment renouvelés, une capacité inépuisable à affronter le futur : le capitalisme, parce qu’il se veut « naturel », conforme à la nature des choses et d’abord à la « nature humaine », se présente comme « sensiblement éternel », comme les nations, selon Maurras.

Un doute, certes, l’a envahi, dont témoigne l’expression désormais banale, de « croissance soutenable ». Mais la pensée conforme, celle de ceux qui pensent à l’intérieur du système, ne peut imaginer par définition qu’il puisse y avoir un quelconque « au-delà ».

Par « croissance soutenable », le capitalisme désigne une « croissance verte » où il intègre les coûts de l’environnement et développe de nouveaux secteurs. Il ne se remet pas en cause : le vert est aussi la couleur du dollar.

Neuvième thèse : Une autre logique que celle de l’accumulation financière

Sans prétendre substituer du jour au lendemain un autre système au capitalisme financier actuel, nous pouvons imaginer l’introduction d’une autre logique, politique celle-là, dans le fonctionnement des marchés financiers, en vue de les orienter, de les encadrer voire de les réduire.

Notre première tache sera donc de parvenir à la définition d’un intérêt général mondial et européen dans l’inévitable compétition des monnaies et des économies. La vocation européenne de la France ne se substitue pas en effet à une vocation mondiale plus générale. La France est membre du Conseil de Sécurité des Nations Unies, et figure au nombre des puissances nucléaires reconnues. Elle est la tête de la francophonie, répandue sur cinq continents. Sa diplomatie est une des toutes premières du monde. Son histoire, enfin, la rend comptable de l’avenir des idées républicaines et de l’héritage de la Révolution de 1789, non seulement en Europe mais dans le reste du monde.

Pour ce qui est de l’Europe, la question-clé sera évidemment celle de l’avenir de la zone euro, hétérogène économiquement et sujette à des divergences profondes de politique économique. Cette zone euro n’a pas de pilote. Le traité de Maastricht qui, en matière de change, donne le pouvoir à l’Eurogroupe, n’est pas appliqué. Il faudra amener l’Allemagne à une vision plus coopérative de sa politique économique. La limitation constitutionnelle à 0,35% du PIB du déficit budgétaire, à horizon 2012, ne rendra pas facile cette coopération. Évidemment la question de l’euro est indissociable de celle du dollar.

Le principe de la concurrence ne doit plus s’opposer à celui d’une politique industrielle si possible à l’échelle européenne (par exemple dans le domaine de l’énergie) même si cette politique européenne reste une juxtaposition coordonnée de politiques nationales. Pas davantage le principe de la concurrence ne doit faire obstacle à la réaffirmation du rôle des services publics.

La tâche des Européens, dans l’ordre international, est de ne pas se laisser entraîner dans une quelconque croisade, soit contre l’Islam (mais tel ne paraît pas être l’orientation du Président Obama), soit contre la Russie ou encore contre la Chine, ou plus généralement contre les pays émergents. Les crises favorisent toujours les guerres. À cet égard, la question du « modèle de développement » est centrale pour « penser l’avenir ».

Dixième thèse : Modèle de développement soutenable et révolution énergétique

Les trois quarts de l’Humanité aspirent au développement. C’est pour quatre milliards d’hommes une question vitale et c’est une question de dignité. Le problème de notre modèle de développement actuel est qu’il n’est pas reproductible tel quel. Nous devons le faire évoluer en même temps que nous devons promouvoir un développement soutenable à l’échelle de la planète, c’est-à-dire économe des biens rares dont dispose l’Humanité (énergies fossiles, eau, air, sols, etc.). Et nous devons le faire en coopération avec les pays émergents. La révolution énergétique est, de ce point de vue, évidemment décisive : préservation de la forêt notamment dans les zones équatoriales, charbon propre et capture du CO2 notamment en Chine et en Inde, économies d’énergies, énergies nouvelles notamment solaire, énergie nucléaire dans la perspective notamment d’un réacteur de quatrième génération.

Pour mener à bien cette révolution énergétique, il faut se défaire de tout dogmatisme. Le problème des énergies renouvelables telles que l’énergie solaire est qu’elles sont encore très loin d’être compétitives. Le coût du Kwh d’origine solaire photovoltaïque est encore cinq fois supérieur à celui du Kwh produit à partir d’une turbine à gaz ou d’une centrale nucléaire. Celui du Kwh d’origine éolienne en représente le double. Il faut donc que le consommateur ou le contribuable paye la différence. Certes, on peut parier sur l’élévation inévitable du prix des carburants fossiles et sur l’abaissement probable des coûts de production résultant des progrès de la recherche en matière d’énergies nouvelles, mais cette prise de risque ne peut se faire inconsidérément, indépendamment d’une vue économique des choses au sens étymologique du terme.

Onzième thèse : Pour une négociation globale entre le Nord et le Sud

Penser cette transition énergétique implique que nous évitions d’opposer l’Homme à la Nature le premier devenant le grand « perturbateur » d’une vie naturelle rêvée. Éviter aussi d’organiser de « fausses peurs » comme on l’a vu sur d’autres sujets : pluies acides, poulet à la dioxine, etc. Il faut aussi cesser d’apporter de l’eau au moulin du capitalisme financier en crise, en cultivant le mythe de la « décroissance ». Le problème des inégalités ne pourra être résolu par le malthusianisme. Celui-ci s’est révélé être, depuis les prophéties de Malthus au début du XIXe siècle, une erreur historique : car si la limitation des ressources naturelles est une évidence, les ressources de l’Homme, en inventivité, créativité, progrès des connaissances et de la technologie sont, elles, illimitées. Confiance en l’Homme !

La gauche est inséparable de la volonté de raison et elle ne doit pas renier l’héritage des Lumières, c’est-à-dire le primat des valeurs de la connaissance. Il n’y a pas de raison de jeter un interdit sur une technologie comme l’énergie nucléaire ou le génie génétique sans débat approfondi sur les avantages, les risques, les conséquences éventuelles, etc. Prenons garde à ce qu’un certain catastrophisme écologique ne serve pas de munition contre les pays émergents, dans une « guerre des civilisations » d’un nouveau type. L’enfer est pavé de bonnes intentions.

Le droit au développement des pays du Sud est un droit inaliénable. Ainsi l’objectif que se fixe la Chine de parvenir à une économie de « moyenne aisance » généralisée à l’horizon 2025 pour l’ensemble de sa population n’est pas contestable. Encore faut-il que la Chine et les pays émergents soient sensibilisés à l’intérêt général de l’Humanité. Une négociation globale est nécessaire liant tous les enjeux (commercial, monétaire, climatique, maîtrise des armements, etc.). La communauté internationale doit élaborer les règles dont nous avons besoin pour lutter par exemple contre le réchauffement du climat, pour opérer la transition énergétique, pour combattre les pandémies d’un nouveau type, etc. On ne doit pas faire l’économie d’une certaine planification des investissements à l’échelle mondiale. La France a tout son rôle à jouer pour animer et aider à coordonner les négociations internationales nécessaires.

Douzième thèse : La question du modèle de développement est indissociable du dépassement du capitalisme financier

A) La tâche la plus urgente est de remédier aux déséquilibres économiques fondamentaux qui ont engendré la crise.

Déficits abyssaux aux Etats-Unis. Excédents commerciaux et excès d’épargne chez les autres. On n’en a pas pris le chemin. Une relance équilibrée et réellement concertée n’a pas été possible jusqu’ici. C’est un échec du G20. La réforme du système monétaire international a été différée, mais chacun pressent qu’elle ne pourra plus l’être indéfiniment. L’assainissement financier du système bancaire est sans doute loin d’être terminé. L’ubris des financiers guette plus que jamais.

B) Les propositions que j’avance sont des pistes à explorer pragmatiquement en fonction des alliances internationales qui pourront être nouées :

1. Relance concertée des économies dans le cadre d’un New Deal mondial. Un effort supplémentaire sera demandé à chacun (davantage d’épargne aux Etats-Unis, relance du marché intérieur en Chine, sécurité sociale, relance allemande et japonaise, financement du développement de l’Afrique et des PMA).
2. Création d’une nouvelle monnaie internationale de réserve reflétant la place des différents pays dans l’économie mondiale et ayant vocation à se substituer au dollar. L’émission de 250 Milliards de DTS par le FMI est un premier pas. Il faut aller beaucoup plus loin pour aider au développement des pays pauvres.
3. Nouveaux « accords du Louvre », fixant des fourchettes aux parités monétaire (dollar, euro, yen, yuan) afin de parvenir à une concurrence équitable.
4. Redéfinition du mandat de l’OMC (en fonction des principes comme la « concurrence équitable » et la « souveraineté alimentaire »).
5. Plan mondial d’aide à l’Afrique et aux PMA.
6. Contrôle du crédit par la voie de nationalisations bancaires.
7. Réglementation des marchés financiers visant à éliminer les fonds purement spéculatifs.
8. Chasse aux paradis fiscaux et traçabilité obligatoire des mouvements de capitaux, les banques devant être tenues de communiquer à la police et à la justice leurs archives informatiques.
9. Réintroduction d’éléments de planification au niveau régional et mondial par exemple en matière :
- de politique énergétique ;
- d’autosuffisance alimentaire (suspension des négociations agricoles de l’OMC et redéfinition du mandat de l’OMC sur cette base) ;
- de planification industrielle ;
- d’eau potable et de grandes infrastructure (assainissement, routes, chemins de fer, hôpitaux, écoles).

Treizième thèse : Le rôle des nations

Une impulsion mondiale est nécessaire. La France doit porter cette vision, en Europe et dans le monde. Mais cette impulsion ne dispense pas, bien au contraire, d’efforts nationaux. Ce sont les peuples qui sont à l’initiative de l’Histoire et pas les réunions épisodiques de dirigeants confiant à des technocrates le soin de mettre en œuvre des orientations imprécises. Le ressort de la démocratie est nécessaire. Celle-ci vit d’abord dans les nations. Celles-ci sont les briques de base de toute construction internationale.

Quatorzième thèse : Le retour de la France et de la République

Le mythe fédéraliste européen épuisé, il faut revenir à l’idée de nation républicaine, seul socle solide d’une Confédération européenne efficace. Celle-ci est une tâche d’autant plus urgente que l’Europe ne peut s’en remettre indéfiniment aux choix de l’Administration américaine et devra de plus en plus apprendre à compter sur elle-même.

La France a un rôle majeur à jouer en Europe et dans le monde : rôle de catalyseur, rôle d’intercesseur. La gauche doit assumer sans complexe la nation française, son histoire, ses valeurs républicaines, et bien sûr ses intérêts légitimes.

Quinzième thèse : En France même, défrichons quelques pistes pour refaire l’Etat

1. Les fonctions régaliennes – police, justice, immigration – doivent être assumées fermement et humainement, sans complaisance pour les idéologies victimaires-compassionnelles incompatibles avec l’exercice d’une politique républicaine qui seule peut donner confiance aux couches populaires. Refus du communautarisme et de la dictature des minorités autoproclamées – appel au civisme républicain et pratique active de la démocratie.

2. Constitution d’un MITI à la française liant tous les moyens de l’Etat y compris en matière d’aménagement du territoire :
- pour favoriser les secteurs d’avenir (énergies, transports, industrie agroalimentaire, pharmacie, services) ;
- préserver le noyau dur de nos industries (automobile), réindustrialiser le pays à partir de stratégies de recherche et d’innovation conçues à géométrie variable à l’échelle européenne si possible et en coopération avec les régions et les collectivités.

3. Donner la priorité au développement des ressources humaines – formation, recherche – en mettant l’accent sur l’effort, le travail, le mérite, tout en valorisant l’ensemble des ressources humaines dont dispose le pays à commencer par sa jeunesse, vivier privilégié.

4. Affirmer la nécessité d’un effort partagé :
- à travers la politique des revenus et la limitation des rémunérations les plus élevées ;
- à travers la fiscalité (fin du « bouclier fiscal »). Progrès et justice doivent aller de pair.

Seizième thèse : L’alternative au capitalisme financier mondialisé : une république des peuples

L’alternative n’est pas entre capitalisme et social-démocratie, pas même entre deux formes de capitalismes, néo-conservateur d’un côté, social-libéral de l’autre. Elle est entre un libéralisme mondialisé destructeur de richesses et de valeurs et une République des peuples, prenant appui dans la démocratie, le sens de l’intérêt collectif, liant dans chaque nation un sein patriotisme républicain et un civisme ouvert à l’universel.

Ce n’est pas le socialisme ? Non, c’est la République, mais la République au sens fort du terme, une exigence de tous les instants, une éthique à la fois de la conviction et de la responsabilité.

Pourquoi opposer l’une à l’autre, en effet ? C’est le propre de la République de faire aller de pair l’exigence dans la recherche de la vérité et la mesure dans l’action, c’est-à-dire l’audace raisonnée qui consiste à savoir où on va et à chaque moment ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, ou pas encore. 
 

Jean-Pierre Chevènement le Lundi 31 Août 2009

L’altermondialisme en déclin

Créé par le 08 août 2009 | Dans : Gauche anti-libérale, Pour une autre Europe, Une autre mondialisation

Par JACQUES NIKONOFF ancien président d’Attac, porte-parole du Mouvement politique d’éducation populaire (M’PEP).

Les 8, 9 et 10 août 2003, combien étions-nous sur le plateau du Larzac dans l’Aveyron : 150 000, 200 000, davantage encore ? A l’appel de mouvements altermondialistes, il s’agissait de stopper l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et de clamer : «Le monde n’est pas une marchandise !» L’OMC devait en effet se réunir à Cancún, au Mexique, du 10 au 14 septembre 2003. A son programme : livrer l’ensemble des services, du commerce agricole et des ressources naturelles à une poignée de firmes multinationales.

Ces journées du Larzac devaient mêler fête, musique, culture et débats. Dans une ambiance extraordinaire, chaleureuse, combative, ce rassemblement était le plus important jamais organisé par les altermondialistes qui étaient à leur apogée. Ils avaient réussi à briser l’hégémonie intellectuelle de l’idéologie néolibérale et à redonner de l’espoir.

Depuis, la dynamique s’est enrayée. Le 18 août 2003, dans le journal Libération, alors président d’Attac, je publiais une tribune intitulée «Après le Larzac, de nouveaux défis», qui attirait l’attention sur quatre défis que devait relever le mouvement altermondialiste : clarifier son identité, mieux définir les alternatives, construire les alliances victorieuses et améliorer la démocratie interne.

Ces défis restent encore à relever, car la galaxie altermondialiste est aujourd’hui dans l’impasse et tourne en rond, au moment où, paradoxalement, la crise légitime son action passée.

Prenons quatre exemples. Il n’existe plus de grands rassemblements altermondialistes. Ils étaient la vitrine du mouvement et se tenaient lors des sommets du G8 ou de l’OMC, ou encore lors des forums sociaux mondiaux et européens. Nul n’avait réussi à organiser des rassemblements internationaux d’une telle ampleur et sur un contenu aussi avancé. Aucun forum social national n’a pu voir le jour en France. L’un des slogans du mouvement altermondialiste était : «Penser global et agir local». C’est pourquoi les forums sociaux devaient s’articuler entre différents échelons : mondial, continental, national, local.

Pourtant, en France particulièrement, il n’a jamais été possible de mettre sur pied un forum social national. Les mobilisations seraient-elles pertinentes à l’échelle mondiale, européenne et locale, mais pas nationale ? Alors qu’une vague formidable de plusieurs centaines de forums sociaux locaux s’était développée, notamment en France, ils sont aujourd’hui, dans la plupart des cas, abandonnés. Pourquoi ?

Les élections européennes de juin 2009 ont marqué la confusion et l’éclatement idéologique du mouvement altermondialiste. Déjà, en 2005, lors de la bataille contre le traité constitutionnel européen, plusieurs organisations altermondialistes étaient restées en retrait ou avaient même mené campagne en faveur de ce traité, symbole de l’eurolibéralisme.

Trois éléments sont révélateurs. Dans certaines organisations, des dirigeants estiment désormais que le clivage du traité constitutionnel européen et sa copie conforme, le traité de Lisbonne, serait aujourd’hui «dépassé». Le mouvement altermondialiste a été totalement absent de la campagne des élections européennes. Celle-ci n’était pourtant que la suite logique des combats de 2005 contre le traité constitutionnel européen et de 2008 et 2009 contre le traité de Lisbonne.

Sans s’engager en faveur de telle ou telle liste, le mouvement altermondialiste aurait dû appeler à ne pas voter en faveur des listes s’étant prononcées pour le traité constitutionnel européen et le traité de Lisbonne. Le mouvement altermondialiste n’aurait pas été corrompu par la politique, il aurait témoigné de sa cohérence et de son esprit de suite. Le cas de José Bové illustre probablement le mieux les dérives d’une partie du mouvement altermondialiste, car il fait partie de ceux qui considèrent que le clivage sur le traité de Lisbonne est dépassé. Il annule ainsi tous les beaux combats qu’il a menés précédemment comme syndicaliste agricole.

Au total, le déclin du mouvement altermondialiste a créé un vide dans l’espace public, que personne n’est encore parvenu à combler. Fin novembre, se tiendra à Genève la 7conférence ministérielle de l’OMC. Elle coïncidera avec le 10anniversaire du sommet de Seattle qui avait marqué les débuts du mouvement altermondialiste. C’est une occasion à ne pas manquer !

Le mouvement devrait en profiter pour se mobiliser et clarifier ses positions. Le libre-échange préconisé par l’OMC est une guerre commerciale de tous contre tous, qui écrase les salaires et détruit l’emploi. En outre, il est la première source de pollution puisque les transports représentent 55 % de la consommation de pétrole dans le monde et c’est la première cause d’émissions de gaz à effet de serre (41 % en France).

Toute action qui prétend agir sur l’environnement, l’emploi et les salaires doit donc commencer par préconiser des mesures protectionnistes.

Le mouvement altermondialiste va-t-il oser prononcer le mot ? Dix ans après Seattle, tous à Genève fin novembre 2009 ! Pour mettre fin à la concurrence entre les peuples, pour la coopération entre les nations, il faut ralentir le commerce international et choisir un protectionnisme universaliste !

La politique méditerranéenne patauge

Créé par le 27 juil 2009 | Dans : Articles de fond, Pour une autre Europe, Projet politique, Une autre mondialisation

Par SAMI NAÏR professeur de sciences politiques à Paris-VIII.

Le président Nicolas Sarkozy a eu raison, dès son entrée en fonction, de poser la question de l’avenir des relations euroméditerranéennes. Il a lancé, pour des raisons avouables (accroissement des inégalités commerciales et économiques entre les deux rives) ou inavouables (aménagement d’un espace géo-économique pour y loger la Turquie dont il ne veut pas en Europe), l’idée d’une Union pour la Méditerranée alliée et associée à l’Europe de façon originale, c’est-à-dire sans aller jusqu’à l’intégration.

On sait les avatars que la France a eu à surmonter pour faire entendre cette idée : méfiance légitime de l’Espagne, surprise de n’avoir pas été consultée sur un sujet qu’elle portait depuis les accords de Barcelone (1995) ; défiance de l’Italie qui n’a jamais apprécié que d’autres fassent en Méditerranée ce qu’elle est incapable de faire elle-même ; opposition franche de l’Allemagne, qui préfère financer, et cela coûte cher, l’intégration des pays de l’Est. Bref, géopolitiquement et financièrement, l’affaire se présentait assez mal. Plus grave encore : le projet français était mal conçu, sans véritable structure stratégique, et apparaissait plus comme une idée généreuse que comme un programme élaboré. Finalement, l’idée a été retenue, mais totalement réinvestie dans la dynamique européenne sous surveillance allemande : création d’une coprésidence euroméditerranéenne, fixation du siège du secrétariat à Barcelone (excellente décision) et une déclaration de bonnes intentions lors de la réunion de lancement pratique de cette nouvelle politique, au mois de novembre 2008 à Marseille.

Or, les projets de coopération régionale autour du développement durable nécessitent, selon la Banque européenne d’investissement, environ 200 milliards d’euros. Mais la réunion ministérielle du 26 juin n’a envisagé qu’une enveloppe de 23 milliards et n’a lancé que cinq projets pour lesquels seulement un milliard a été affecté. Inutile de préciser que tout ceci est loin de répondre aux besoins en Méditerranée. Et le tableau serait plus sombre encore si l’on s’amusait à y ajouter les effets que la crise économique mondiale va avoir sur la rive sud de la Méditerranée. En somme, deux ans après l’émission de la proposition française, tout semble se passer comme si la machinerie européenne était en train de l’étouffer.

Dans la réalité, cette situation rappelle curieusement le passé avec la mise en place d’une structure bureaucratique supplémentaire, qui fournira certes des dividendes à certains Etats impliqués dans le processus de Barcelone, mais l’ensemble risque fort de ronronner autour de projets très techniques et de rencontres institutionnelles. En tout cas, on ne voit poindre aucune action d’envergure. La politique méditerranéenne patauge.

Or, les défis sont toujours aussi pressants : politiques (question israélo-palestinienne et démocratisation de la rive sud), économiques (développement des pays du Sud contrarié entre autres par la domination sans partage de la zone euro et les difficultés d’accès au marché agricole), sociaux (problème de la circulation des personnes entre les deux rives), culturels et religieux (représentions adverses qui restaurent, des deux côtés, les oppositions explosives entre islam, christianisme, judaïsme).

Comment sortir de cette situation ? Le principal blocage vient en fait des conflits croissants au sein de l’axe franco-allemand. Pour Berlin, la Méditerranée n’est pas une priorité ; pour Paris, la Méditerranée est un baril de poudre. Les autres pays (essentiellement l’Espagne et l’Italie) savent qu’ils ne peuvent impulser une grande stratégie méditerranéenne sans accord des Français et des Allemands.

Bien sur, il n’y a pas de solution magique. Mais l’Europe ne s’en sortira qu’en se donnant un cadre stratégique pour une politique méditerranéenne élaborée de façon concertée avec les pays du Sud. Ce projet ambitieux dépend de deux conditions indispensables : d’abord d’une alliance, selon le principe prévu par le traité de Nice sur les coopérations renforcées – entre la France, l’Espagne, l’Italie, la Grèce et le Portugal – pour faire de l’Europe méditerranéenne un interlocuteur cohérent vis-à-vis des pays du Sud ; ensuite, last but not least, de la nomination, au sein de la commission de Bruxelles, d’un commissaire chargé de la politique méditerranéenne. On se souvient que la présence de Manuel Marin à ce poste, en 1995, avait grandement contribué à lancer le processus de Barcelone. Aujourd’hui, il est évident que la création d’une telle structure aurait un impact symbolique considérable : l’Europe enverrait ainsi un message clair de sa volonté d’agir. Ce serait également une manière utile d’aider la stratégie de paix que le président Obama cherche à faire prévaloir au Moyen-Orient.

Dans le débat sur le G20, trois tabous à lever : la propriété des banques, la régulation du commerce international, une nouvelle monnaie de réserve

Créé par le 01 mai 2009 | Dans : Blog du Che, Le Che, Une autre mondialisation

Intervention du sénateur Chevènement lors du débat du 30 avril 2009 consacré aux suites du G20 et de la crise financière internationale.


Monsieur le Président, Monsieur le Ministre, mes chers collègues,

Nous n’avons pas tous la même analyse de la crise. Les divergences d’analyses sur les causes de la crise n’ont pas empêché le groupe de travail de formuler à l’unanimité des pistes de réforme concernant d’abord l’assainissement des relations avec les paradis fiscaux, bancaires et réglementaires, ensuite l’architecture de la supervision internationale et enfin la régulation des produits et acteurs financiers.

Reconnaissons le d’abord, la réunion du G20 marque un progrès : car le G20 à la différence du G7, associe la plupart des grands pays émergents. Il reflète la nouvelle multipolarité du monde. Notre groupe de travail a souhaité le renforcement de son rôle politique et son institutionnalisation et cela paraît en bonne voie.

Sur le fond, le G20 du 2 avril 2009 a pris des positions qui vont souvent dans le bon sens mais qui sont insuffisantes, voire pour certaines inappropriées : ainsi, l’assainissement des relations avec les paradis fiscaux, problème important mais qui n’est pas à la racine de la crise, prendra du temps et demandera une résolution sans faille. Celle-ci manque souvent, comme l’a rappelé Mme Bricq, s’agissant des propositions de messieurs Barroso et le commissaire Mac Creevy. De même la limitation de la réglementation des hedge funds à ceux qui ont une importance systémique pourra être facilement tournée. Joseph Stiglitz, dans une interview aux « Echos » observe qu’il n’y a, sur ce point essentiel, aucun engagement du fait de l’influence dans le système des banques américaines. Il aj oute qu’il n’y a pas de volonté réelle de venir à bout des facteurs qui ont contribué à la crise. Il cite, comme l’a fait excellemment remarqué le Président Arthuis, en particulier le traitement des produits dérivés qui ont pourri le système.


A mes yeux le système financier est inséparable du système productif. Le document de travail distribué à la Commission mixte notait « une déformation du partage des revenus du capital et du travail », lui-même à l’origine du « développement irresponsable du crédit aux Etats-Unis ». La fuite en avant dans l’endettement, la titrisation et les produits dérivés a résulté de l’insuffisance de la demande liée à la déflation salariale, elle-même issue d’un libre-échange déséquilibré avec des pays dont les coûts de revient salariaux sont inférieurs de dix à vingt fois aux nôtres.

Les deux problèmes essentiels, celui de l’assainissement financier et celui de la relance économique sont donc étroitement connectés.

Il ne suffit pas d’injecter des capitaux dans le système bancaire pour l’assainir. Il est même choquant de voir le contribuable venir au secours de banquiers faillis qui ne souhaitent, une fois remis en selle, que recommencer le grand jeu de la mondialisation inégale, de la course à des taux de rentabilité exorbitants qui étaient censés justifier leurs extravagants bonus, et de reprendre leurs pratiques déresponsabilisantes de titrisation. Il faudrait au moins exiger que les banques conservent à leur bilan les risques les plus lourds et ne puissent titriser qu’une partie de leurs prêts, comme l’a suggéré le rapport du groupe de travail. Nos concitoyens ne peuvent accepter que la dette publique prenne simplement le relais de la dette privée, creusée par ceux-là mêmes qu’on maintient en place, alors qu’ils n’ont rien perdu de leur arrogance et de leurs prétentions financières. Oui, la question de la nationalisation des banques se pose, comme je l’avais suggéré, dès les 8 et 15 octobre 2008, dans le débat sur la crise financière et sur la loi de refinancement de l’économie. Elle se pose notamment pour Dexia et pour la banque issue de la fusion de la Caisse Nationale d’Epargne et des Banques Populaires.

La renationalisation de tout ou partie du système bancaire en France comme ailleurs, obéit à une double nécessité : politique d’abord : il est normal que celui qui paye commande. Economique ensuite : la reprise du crédit ne se fera que par une entente coopérative entre les banques. Comme l’a bien montré Jean-Luc Gréau, c’est à l’Etat d’organiser et de surveiller cette entente coopérative durant toute la période nécessaire au retour à la normale.

J’en arrive maintenant aux plans de relance économique. Dominique Strauss-Kahn a mis en cause la frilosité des pays européens. Certes un nouveau plan de relance axé sur l’investissement, la préservation du tissu productif, les revenus les plus bas, les chômeurs et les jeunes ne doit pas être exclu, mais il est légitime de s’aviser que l’injection de crédits publics n’aboutisse pas, comme on dit, à « arroser le sable ». Il est malheureusement trop évident que l’effort du contribuable a servi jusqu’ici, pour l’essentiel, non pas seulement en France, mais d’abord aux Etats-Unis et en Grande Bretagne, à renflouer le système bancaire, en vertu du principe : « On prend les mêmes et on recommence ».

Un traitement insuffisant de la crise ne sera pas toléré, car aussi bien, cela ne marche pas : le risque principal aujourd’hui est dans le mitage du système « banque-assurances » par ses engagements irraisonnés (plus de 60 trillions de CDS – crédit default swaps) dit produits dérivés, sujet non traité par le Sommet de Londres. Il est vrai que le redressement de nos économies pose un problème d’une immense ampleur.

Pour redonner un horizon à nos démocraties et ramener durablement la confiance, il faut une perspective de progrès partagé : un progrès des rémunérations égal à celui de la productivité, un partage plus honnête des salaires et du profit. On m’objectera que ce progrès n’est pas compatible avec le libre échange généralisé, notamment vers les pays à très bas coût salariaux. Mais c’est cela qu’il faut revoir, en instaurant une concurrence équitable, je n’ai pas dit un repli autarcique, mais une régulation négociée des échanges internationaux permettant une sortie de crise à l’échelle mondiale et d’abord en Europe et aux Etats-Unis, à partir d’une revalorisation salariale substantielle, à l’abri d’une protection modérée, corrigeant les distorsions de salaires abusives.

Or le sommet de Londres se borne à fulminer une excommunication contre le protectionnisme au nom d’une lecture biaisée de l’histoire des années trente. Les mêmes qui ont failli veulent persévérer : alors que le commerce international devrait se contracter de 9 % en 2009, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le protectionnisme, ceux-là mêmes qui ont présidé à une mondialisation qu’ils disaient « heureuse » mais qui s’est révélée catastrophique, entendent à nouveau et encore plus « libéraliser » le commerce international à Doha, en juillet prochain. Il n’y a aucune guérison à attendre de ces mauvais médecins. Il faudrait, au contraire mettre en place une régulation par grandes zones économiques, regroupant des pays de niveau comparable en termes de salaires, sans se fermer à une raisonnable concurrence des pays à bas coûts, ceux-ci étant fortement incités, en contrepartie, à développer leur marché intérieur, leur systÍ ¨me de sécurité sociale, et la protection de leur environnement. Une nouvelle régulation des flux commerciaux à l’échelle mondiale nécessaire, dès lors que les écarts salariaux vont de 1 à 20, devrait bien évidemment faire l’objet d’une grande négociation internationale entre les pays du G20. Je me réjouis encore une fois à cet égard des progrès effectués pour institutionnaliser ces sommets, que ce soit au niveau des ministres des finances ou à celui des chefs d’Etat et de gouvernement.

Le FMI, dont l’action a été si critiquable vis-à-vis des pays du Sud endettés, voit tripler le montant de ses moyens financiers. Mais cela ne remédiera pas aux déséquilibres fondamentaux dont souffre l’économie mondiale du fait notamment du déficit abyssal de la balance commerciale américaine et de la fragilité du dollar.

Le problème du système monétaire international n’a pas été abordé à Londres par le G20, alors même que le Federal Reserve Board, la Banque centrale américaine n’a pas seulement pris en charge dans son bilan des actifs douteux colossaux, comme l’ont relevé messieurs Arthuis et Marini, mais elle a commencé à monétiser la dette publique américaine, en achetant 300 milliards de dollars de bons du Trésor. Le Président de la Banque Centrale de Chine a mis le doigt sur un problème essentiel en proposant de créer un nouveau système de réserves monétaire constitué, comme les DTS émis par le FMI, d’un panier de monnaies. Qu’en pense le gouvernement français, qui se souvient peut-être de la mise en cause par le général de Gaulle, en 1964, du privilège du dollar ?

Il n’est pas normal que le monde dépende des émissions de monnaie des Etats-Unis. Ceux-ci doivent sortir du modèle rentier dans lequel ils se sont enfermés. Tout montre que cet objectif est inaccessible sans une remise en cause d’un libre échange généralisé et dogmatique qui, en comprimant les salaires dans les pays anciennement industrialisés, est, avec le privilège du dollar, à l’origine de la crise actuelle. Le G20 sera très utile pour négocier les transitions nécessaires.

La réforme du système monétaire international doit être mise à l’ordre du jour du prochain sommet du G20.

Le travail du groupe sur la crise constitué au sein du Parlement français n’a aucune raison de s’interrompre. Bien au contraire, nous devons multiplier nos échanges, comme l’a d’ailleurs suggéré le Président de la République, avec les Parlements voisins et les institutions européennes. Nos propositions doivent nourrir le débat public : c’est aussi ce qu’attendent du Parlement nos concitoyens.


30/04/2009

Jean-Pierre Chevènement

1...34567...25

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY