Vive le blog citoyen

Articles archivés

Vive l’internet libre

Créé par le 05 juil 2012 | Dans : Vive le blog citoyen

Le site la quadrature du net http://www.laquadrature.net/fr/acta-victoire-totale-pour-les-citoyens-et-la-democratie titre le 4 juillet

« ACTA : Victoire totale pour les citoyens et la démocratie ! »

 

Le Parlement européen a rejeté ACTA1 par une large majorité, le détruisant définitivement. Ce rejet constitue une victoire majeure pour la multitude de citoyens et d’organisations connectés qui ont travaillé dur pendant plusieurs années, mais aussi un espoir d’ampleur globale pour une meilleure démocratie. Sur les ruines d’ACTA, nous devons désormais bâtir une réforme positive du droit d’auteur, qui devra prendre en compte nos droits plutôt que les combattre. La victoire contre ACTA doit retentir comme un avertissement pour les législateurs : les libertés fondamentales et l’Internet libre et ouvert doivent prévaloir sur les intérêts privés.

Lire la suite sur le site

La candidate UMP Nadine Morano succombe sous le charme d’un imitateur du N°2 du F.N…

Créé par le 15 juin 2012 | Dans : Vive le blog citoyen

 La candidate UMP Nadine Morano succombe sous le charme d'un imitateur du N°2 du F.N... dans Vive le blog citoyenNadine Morano appellait mercredi dans Minute, journal d’extrême-droite, à de larges reports de voix des électeurs FN sur sa candidature. Seul moyen selon l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy de l’emporter dans le duel qui l’oppose à son rival socialiste en Meurthe-et-Moselle.

Jeudi, l’imitateur et humoriste Gérald Dahan,  par ailleurs soutien de François Hollande pendant la campagne présidentielle, a piégé la candidate UMP en Meurthe-et-Moselle en se faisant passer pour le numéro 2 du Front National et compagnon de Marine Le Pen…

Ce qui fait dire au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en déplacement à Nantes vendredi : «Mme Morano n’a qu’une obsession, c’est de garder son siège de députée, elle est prête à tout, à renier ce que Jacques Chirac pendant des années a refusé, c’est-à-dire de se laisser aller sur les idées du Front national». «On ne peut pas accepter de dire qu’il y a des valeurs communes».

 

« Allo Nadine Morano? C’est Louis Aliot…. »     Ecoutez le canular téléphonique de l’imitateur Gérald Dahan

 http://www.sudradio.fr/10/podcasts/

ACTA: la nouvelle menace pour Internet

Créé par le 09 juin 2012 | Dans : Vive le blog citoyen

 

À tous les députés du Parlement européen:

Nous, citoyens du monde, vous appelons à défendre un Internet libre et ouvert et à refuser de ratifier l’Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA) qui l’anéantirait. Internet est un outil essentiel aux peuples du monde entier pour échanger des idées et promouvoir la démocratie. Nous vous exhortons à faire preuve d’un véritable leadership mondial et à protéger nos droits.

 
 
 
ACTA: la nouvelle menace pour Internet dans Vive le blog citoyen 2050_STOP-ACTA1_1_460x230
 
 
L’ACTA, un traité mondial, pourrait permettre à de grandes entreprises de censurer Internet.Négocié en secret par un petit nombre de pays riches et de puissantes entreprises, ce traité mettrait en place un organisme de l’ombre anti-contrefaçon permettant à des intérêts privés de surveiller tout ce que nous faisons en ligne. Il leur donnerait aussi la possibilité d’imposer des sanctions très sévères – allant jusqu’à des peines de prison – contre les personnes coupables selon eux de nuire à leur activité.L’Union Européenne est en train de décider de ratifier ou non l’ACTA — et son refus mettrait en échec cette attaque mondiale sur l’Internet libre. Nous savons qu’elle s’est opposée à l’ACTA auparavant, mais certains députés européens hésitent — donnons-leur le soutien dont ils ont besoin pour rejeter le traité. Signez la pétition dès maintenant– nous la remettrons de manière spectaculaire à Bruxelles lorsque nous aurons atteint 500 000 signatures!C’est scandaleux — les gouvernements des quatre cinquièmes de la population mondiale ont été exclus des négociations sur l’Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA) et des bureaucrates non-élus ont travaillé en étroite collaboration avec les lobbyistes des grandes entreprises pour élaborer de nouvelles règles et un régime d’application dangereusement contraignant et puissant. L’ACTA serait appliqué dans un premier temps aux États-Unis, dans l’UE et neuf autres pays, puis son application s’étendrait au monde entier. Mais si nous persuadons l’UE de ne pas le ratifier aujourd’hui, le traité perdrait son élan et pourrait être stoppé pour de bon.

Cette réglementation serait extrêmement sévère: elle pourrait punir les citoyens partout dans le monde pour des activités banales telles que partager un article de journal ou mettre en ligne la vidéo d’une fête où on entendrait de la musique dont les droits sont protégés. Vendu comme un accord commercial protégeant les droits d’auteur, l’ACTA pourrait aussi conduire à l’interdiction de médicaments génériques de premier secours et menacer l’accès des agriculteurs aux semences dont ils ont besoin. Et plus incroyable encore, le comité ACTA aurait carte blanche pour modifier ses propres règles et sanctions, sans aucun contrôle démocratique.

De grandes entreprises font tout leur possible pour que cela devienne réalité, mais le Parlement de l’UE se trouve sur leur chemin. Appelons fermement les députés européens à tenir tête aux lobbies et à adopter une position ferme pour un Internet libre. Signez la pétition et partagez-la avec tous vos contacts:

Cliquez pour signer la pétition!

La semaine dernière, nous avons vu la force de notre pouvoir collectif lorsque des millions d’entre nous ont uni leurs forces pour empêcher les États-Unis d’adopter une loi sur la censure qui aurait frappé Internet en plein cœur. Nous avons aussi montré au monde combien nos voix peuvent avoir de force. Faisons-les résonner à nouveau pour contrer cette nouvelle menace.

L’accès à internet devrait-il remboursé par la sécurité sociale?

Créé par le 29 sept 2011 | Dans : Vive le blog citoyen

Point de vue | LEMONDE.FR | 28.09.11 |par Thierry Pénard et Raphaël Suire, enseignants-chercheurs à Rennes-I, Marsouin, Nicolas Poussing, chercheur, CEPS/INSTEAD

Les abonnements à Internet devrait-il être pris en charge par la sécurité sociale et les mutuelles ? Une telle question peut paraître pour le moins étrange à l’heure où le gouvernement cherche à réduire les déficits des comptes publics et sociaux. Et gageons que les mutuelles, vraisemblablement, mises à contribution dans le cadre du plan d’austérité, ne sont pas prêtes à inscrire l’accès à Internet dans les soins remboursables.

Et pourtant, plusieurs études viennent de montrer que l’usage d’Internet pouvait avoir un effet positif sur la santé mentale et le bien-être individuel. Ainsi, une étude américaine menée auprès de retraités conclut que les risques de dépression sont plus faibles chez les personnes qui utilisent Internet. A un niveau plus agrégé, les enquêtes internationales (World Value Surveys) mettent en évidence une relation-position entre le taux de diffusion d’Internet dans un pays et le niveau moyen de bonheur ou de satisfaction déclaré par les habitants de ce pays.

Dans un article de recherche récent intitulé « Does the Internet make people Happier ?« , nous avons confirmé ce résultat sur des données luxembourgeoises en contrôlant pour les caractéristiques des individus. Si l’on prend deux individus ayant le même âge, les mêmes niveaux d’éducation, de santé et de revenu et des valeurs et pratiques sociales proches, il existe une différence significative dans le bien-être déclaré entre ceux qui utilisent Internet et ceux qui ne l’utilise pas.

Comment peut-on expliquer un tel résultat ? La réponse est assez intuitive. Internet donne accès à une multitude de biens et de services qui procurent de l’utilité et qui pour une large partie sont gratuits. On peut y trouver des vidéos, de la musique, des articles de presse, des blogs sur ses centres d’intérêt… Mais Internet n’est pas seulement un media d’information et de loisir, c’est aussi un outil professionnel et relationnel. Sur Internet, on peut trouver un emploi, communiquer avec son entourage professionnel et non professionnel, rencontrer l’âme sœur, Cette seconde dimension est essentielle pour comprendre le rôle croissant et positif qu’occupe Internet dans la vie de chacun.

C’est un moyen de développer et d’entretenir son réseau social ou capital social. Les travaux en économie du bonheur font ressortir le capital social comme un facteur clé, aussi important que le revenu et la santé, pour expliquer les différences de bien-être entre individus et entre pays. Bien évidemment, Internet peut avoir des effets négatifs en créant des addictions et en réduisant les interactions sociales en face à face, mais ces coûts semblent largement contrebalancés par les bénéfices retirés par la grande majorité des internautes. En d’autres termes et pour revenir au titre provocateur de cette tribune, Internet est finalement un « médicament » dont le service rendu est significatif et les effets secondaires indésirables limités.

Comment, dans ces conditions, ne pas s’inquiéter des récentes discussions de certains fournisseurs d’accès Internet sur la commercialisation de forfaits Internet limités qui pourraient être bridées en termes de débit et d’usages. De même, on sent chez ces mêmes fournisseurs une volonté de remonter les prix d’abonnement, sans parler des retards inquiétants dans le déploiement de l’Internet à très haut débit en France. Pour le bonheur du plus grand nombre, on ne peut donc que recommander au gouvernement de faire d’Internet une de ses priorités politiques.

Pierre Guillou (Elus 2.0): «Les politiques doivent prendre le train du Web collaboratif»

Créé par le 23 sept 2011 | Dans : Vive le blog citoyen

Recueilli par Jonathan Bouchet-Petersen dans Libé du 23/09/2011

79 députés sur 575 n’ont pas d’autre présence sur le Web que leur page Wikipedia. Et alors que près de 40 millions de français surfent sur Internet et que plus de 20 millions disposent d’un compte Facebook, un député sur cinq n’a pas de blog et seuls 10% des blogs sont des sites collaboratifs permettant le partage et le dialogue avec les internautes. Quant à Twitter, seuls 22% des députés y ont ouvert un compte. Tels sont quelques uns des enseignements de l’étude publiée hier par le site Elu 2.0. Les explications de son fondateur Pierre Guillou.

Lire la suite »

123456...19

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY