Le logement dans la Question sociale

Créé par le 04 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, a2-Blog-notes politique de Xavier Dumoulin, Articles de fond, Santé-social-logement

Les problèmes du logement expriment une large part de la question sociale. Ils résument la convergence de trois logiques détestables en oeuvre au coeur du système socio-économique néolibéral.

La première, celle de la recherche effrénée du profit par laquelle le capital s’approprie la richesse sociale (déplacement de plus de dix points de la valeur ajoutée en deux décennies au profit des revenus du capital) trouve son ressort dans la précarisation du travail (temps flexible, pression sur les salaires, chômage, etc.). Les travailleurs ainsi précarisés sont en butte à des difficultés énormes d’accès au logement. Avec des revenus instables et trop bas, ils ne trouvent pas grâce auprès des bailleurs et des banquiers. Dans un contexte de mobilité accrue, cette logique ravageuse est responsable de la situation de travailleurs, souvent jeunes, privés de logement ( 30% des SDF).

La seconde logique, celle de la spéculation, est la soeur jumelle de la première. Foncière ou immobilière, cette spéculation chasse du coeur des villes les gens les plus modestes pour promouvoir ou rénover les beaux immeubles des classes supérieures et des maisons-mères des grandes sociétés. Elle éjecte à la périphérie les couches défavorisées, mal logées dans des zones de relégation.

Sous l’effet conjugué de ces courants néfastes, une troisième logique gangrène notre société; celle de la ségrégation. Elle produit une fracture spatiale qui reflète la fracture  et la structuration sociale. Les cités ghetto concentrent tous les drames d’une société qui exclut plus qu’elle n’intègre. Cette logique en oeuvre mine notre modèle d’intégration républicain et ouvre la porte au communautarisme.

La question du logement est une dimension intrinsèque de la question sociale plus large. Elle appelle des réponses audacieuses à l’opposé des thérapies libérales voulues par la droite au service du capitalisme financier.

Xavier DUMOULIN

ça balance à droite

Créé par le 04 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Contre le candidat du capitalisme mondialisé

 http://www.liberation.com/php/pages/pageReactionsList.php?rubId=445&docId=226462#reac112829

Le Président n’encourage pas vraiment son dauphin auto-proclamé à se laisser aller. Mais alors que veut et que peut le Président? Ne s’agit-il que de petits règlements de compte ? Au sommet de l’Etat ce serait déplorable. Serait-ce un signe supplémentaire d’une virtuelle candidature Chirac? Il est bien capable d’y croire encore. Et s’il s’agissait tout simplement de s’affirmer encore comme patron pour les dernier cent jours avant l’exil attendu? Dans tous les cas c’est toujours du Chirac pur fruit. Il va s’énerver le Sarko. Moi qui suis, comme vous, républicain jusqu’au bout des ongles, je ne vois pas le service du bien commun dans ces gesticulations de fin de règne! 

Xavier DUMOULIN Jeudi 04 Janvier 2007 – 09:26

Pour le sursaut de la France

Créé par le 03 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Battre campagne

http://www.lexpansion.com/art/126.0.152179.0.html#42771

Xavier DUMOULIN 03/01/2007 à 21:10
N’en déplaise aux déclinologues de tous poils, les français ne sont pas défaitistes! Ceux qui vitupérent contre notre modèle social, emprunt – dénoncent-ils – de ringardisme et de rigidités, vantent dans le même temps les vertus des systèmes étrangers souples et flexibles. Cette entreprise de démoralisation s’appuie sur des présupposés idéologiques qui ne résistent pas vraiment à l’examen concret des situations. Nos déclinologues, obnubilés par leur passion destructrice, oublient d’afficher le prix à payer pour sacrifier à leurs modèles. La France est un pays encore très attractif. Sa productivité au travail supporte largement la comparaison avec l’étranger. Le travail est souvent qualifié. La démographie reste favorable. Pour faire un diagnostic adapté, il serait utile de poser des vraies questions. Quelles sont nos valeurs et dans quelle société veut-on vivre? Ces fondements une bonne fois posés, je concède alors que tout reste à faire… en matière de solidarité et d’avancée vers une société redonnant au travail la place central qu’il mérite. C’est tout un programme et ça ouvre des perspectives motivantes. De quoi nous faire retrousser les manches. Là nous nous comprenons mieux!

 

 

« Tartufferie » par Jean Pierre Chevènement

Créé par le 03 jan 2007 | Dans : Blog du Che, Contre la guerre, Contre le candidat du capitalisme mondialisé

 http://www.chevenement.fr/

Nicolas Sarkozy, dans Le Monde du 3 janvier développe l’idée que « l’exécution de Saddam Hussein est une faute ». Intéressant

M. Sarkozy écrit fort pertinemment qu’« il est difficile de réconcilier les différentes composantes d’un peuple au sortir d’une dictature. Mais cette tâche est d’autant plus malaisée quand la lumière n’est pas faite sur le passé ». Très juste !Mais Nicolas Sarkozy ne contribue pas lui-même à faire cette lumière en accumulant les poncifs qui sont autant de contrevérités : l’Irak aurait fait, selon lui, la découverte, depuis l’invasion américaine, des élections libres, d’une Constitution librement consentie, d’une justice indépendante, etc. Chacun sait que ces élections, organisées sous occupation étrangère, ont vu les Chiites voter pour les Chiites, les Sunnites pour les Sunnites et les Kurdes pour les Kurdes. C’est le triomphe des communautarismes. Aucune légitimité nationale ne peut s’affirmer dans ces conditions.

Lire la suite sur le blog de Jean Pierre Chevènement

Johnny et Arnaud mettent le feu au lac

Créé par le 03 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Battre campagne

http://www.20minutes.fr/articles/2007/01/03/20070103-politique-Johnny-Hallyday-et-Arnaud-Montebourg-mettent-le-feu-au-lac-Leman.php

Bravo Arnaud! C’est comme ça qu’on les aime les socialistes, bien trempés dans leurs convictions. Foin de trop de diplomatie. Il faut bien appeler les choses par leur nom. Le statut fiscal de la Suisse c’est quand même une anomalie. Montebourg fait d’une pierre deux coups. Il dénonce le comportement inqualifiable de Johnny et met en branle l’establisment helvétique. Tout irait bien jusque là s’il n’y avait de l’autre côté du lac quelques socialites visés par ces diatribes. Quand je vous dis qu’il faut booster la gauche!

Xavier DUMOULIN – 03.01.2007 – 22h05

1...11161117111811191120...1131

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY