Jose Bové veut faire barrage à Sarkozy

Créé par le 26 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Gauche anti-libérale

 http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/25/20061225-politique-Gauche-antiliberale-Bove-regrette-le-patriotisme-d-appareil.php

 Xavier DUMOULIN – 26.12.2006 – 02h08

José BovéJosé Bové est un homme courageux et respectable. On peut discuter ses points de vue ou être distant vis à vis de ses méthodes mais force est de constater qu’il y a beaucoup de cohérence dans son action énergique et généreuse. José Bové fait la différence entre la droite et la gauche. Il ne sombre pas dans un relativisme défaitiste qui pourrait faire accepter l’idée d’une victoire de monsieur Sarkozy. De ce point de vue ses propos tranchent avec un certain flou entretenu par l’extrême gauche. Sur ce point essentiel, il semble proche de Marie George Buffet et c’est tant mieux!

Polémique autour de la Banque Centrale Européenne

Créé par le 26 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

 http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/20/20061220-actualite-economique-Polemique-politique-autour-de-la-BCE.php

Xavier DUMOULIN – 19.12.2006 – 21h27      

L’indépendance de la BCE découle du traité de Maastricht. Ce qui est en question aujourd’hui c’est bien l’orientation de la politique monétaire. Avec un euro cher (vis à vis du dollar)on se prive d’une compétitivité prix de nos produits à l’exportation. C’est le dogmatisme des libéraux qui conduit à ce type d’abérration. La politique de l’euro cher est dictée par le seul souci de juguler les tension inflationistes en renoncant à toute politique de relance de la consommation ou de l’investissement. C’est pourquoi le crédit doit rester élevé, ce qui permet par ailleurs de bien rémunérer le loyer de l’argent. La finance règne! Pour s’émanciper de ces mécanismes implacables, il conviendrait d’établir un gouvernement de la zone euro. La BCE serait alors au service des gouvernements. Cela permettrait d’utiliser l’euro comme levier de la croissance. Il faudrait aussi un budget européen et un emprunt favorisant des grands chantiers (infrastructures, réseaux, recherche etc)pour une relance à l’échelle de l’Europe. Ce serait une totale inversion des priorités! Mais qu’en pensent nos candidats à l’élection présidentielle?

Réorienter l’Europe

Créé par le 26 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Pour une autre Europe

http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/19/20061219-actualite-economique-Haro-sur-l-euro.php 

Xavier DUMOULIN – 19.12.2006 – 21h53

Est-ce bien raisonnable de prendre prétexte de l’isolement de la France pour accréditer l’idée qu’il n’y a rien de possible en dehors du statu quo? L’indépendance de la BCE réjouit les libéraux car elle garantit l’orthodoxie monétaire. Les tenants de cette politique ne veulent pas non plus de politique budgétaire ou de relance financée par l’emprunt. Ils refusent l’idée de coopérations industrielles privilégiant le théatre européen. Ils n’acceptent pas le principe d’une protection du grand marché européen avec des tarifs extérieurs protecteurs. Comme le prévoyait le défunt traité constitutionnel, ils veulent une concurrence libre et non faussée. Les libéraux font de l’Europe une passoire qui favorise le capitalisme mondialisé. Une autre logique est poutant possible à l’échelle de l’Europe. La France doit être plus audacieuse. Pourquoi ne pas renégocier le traité de Maastricht? Pourquoi pas un mémorandum de la France et au besoin un référendum? Les peuples européens ne seraient-ils pas intéressés à leur tour par une transformation de l’Europe?

L’implosion du front anti-libéral

Créé par le 26 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Gauche anti-libérale

 http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/23/20061223-politique-L-implosion-du-front-anti-liberal-inevitable-et-favorable-a-Segolene-Royal.php

L’implosion du front anti-libéral n’est pas surprenante. L’initiative paraissait séduisante pour tous ceux qui voulaient redonner une perspective au « NON de gauche ». Le parti communiste espérait retrouver une base électorale plus large, servant de levier à une dynamique de recomposition à gauche. Mais les arrières pensées ont eu raison de ce processus avorté. La première contradiction est apparue avant même la présentation des candidats. Ainsi José Bové se refusait à situer droite et gauche sur le même plan tandis qu’Olivier Besancenot n’avait de cesse de stigmatiser un parti socialiste gangréné par le social-libéralisme. Quant à Marie George Buffet, elle n’a jamais fait mystère de son ralliement automatique à Ségolène Royal au deuxième tour pour faire barrage à Sarkozy. Les candidtats apparentés communistes ou refondateurs devaient être sur cette même longueur d’onde. La seconde contradiction relève du désaccord stratégique et programmatique. Quelles forces pour quel projet? S’agissant d’une remise en cause du libéralisme et de la mondialisation capitaliste, il paraissait difficile de faire l’économie d’une réflexion à la hauteur de l’enjeu. Sur ce terrain on avait peine à identifier la nature des réponses économiques et sociales. L’aspect institutionnel aurait aussi mérité quelques clarifications. En réalité ce rassemblement conjoncturel, plus protestataire que politique n’était-il pas mort-né?

Xavier DUMOULIN – 24.12.2006 – 08h42

La pauvreté aujourd’hui

Créé par le 26 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Contre le candidat du capitalisme mondialisé

  http://www.20minutes.fr/articles/2006/12/22/20061222-actualite-france-La-France-n-a-jamais-vraiment-mene-une-politique-de-lutte-globale-contre-la-pauvrete.php

La pauvreté n’est pas nouvelle mais sa réalité épouse l’évolution de la société. Le président d’Emmaus France évoque les aspects concrets de la misère actuelle. Nous savons qu’il y a près de sept millions de pauvres dans ce pays. C’est dire que malgré les efforts importants engagés pour faire face à l’exclusion, celle-ci progresse de façon inquiétante. Les travailleurs faiblement rémunérés et en situation précaires sont aussi à la rue. Alors il y a loin des discours aux réalités. On ne dénoncera jamais assez cette machine à exclure, pourtant vénérée par tous les tenants de l’orthodoxie libérale. Le capitalisme mondialisé et débridé n’a jamais fait preuve d’autant d’arrogance. Et derrière ce système il y a des hommes et des intérêts. Et nous avons perdu jusqu’à l’espérance d’un ordre plus juste. Il n’est pourtant jamais trop tard pour réagir. Bonnes fêtes à tous les internautes.

Xavier DUMOULIN – 24.12.2006 – 16h57

1...11221123112411251126...1130

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY