Aller vers les gens

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Ségolène Royal

Ségolène Royal a sans doute raison d’inciter à aller vers les gens. En démocratie la participation de tous aux élections c’est un enjeu majeur. C’est déjà une posture de vouloir parler avec les gens de peu, ceux qui se sentent exclus du système. Mais il faut que les réponses soient en cohérence avec le projet. Et ça c’est aussi une question majeure.

DUMOULIN – 17.12.2006 – 08h01

Petits calculs ou grands défis?

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Contre le candidat du capitalisme mondialisé

 sarkozy.jpgLa République a besoin de relever de grands défis. Face à la crise économique et morale un candidat à la fonction suprême doit incarner cette capacité à rendre les français plus grands qu’eux-mêmes. Monsieur Sarkozy affiche une autre intention. Il a le mérite de la franchise. Etre élu Président : il y pense en se rasant. La fonction présidentielle est pour lui à l’image de sa gestion ministérielle. Orientée vers sa promotion personnelle et non sur le règlement des questions essentielles. Tout est communication, le fond c’est de l’habillage. Force est de constater que ça marche un peu. En reprenant le tréfonds des idées lepénistes tout en se posant en républicain sincère, Monsieur Sarkozy a pu même égarer quelques hautes figures intellectuelles.

Xavier DUMOULIN 20.12 à 06h46

La politique de la preuve

Créé par le 23 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Ségolène Royal

Xavier DUMOULIN
C’est incensé de prétendre régler les problèmes des personnes sans domicile fixe sans prendre en compte l’ensemble des causes à l’origine des situations. Notre société génère de l’exclusion. Quels sont les processus en oeuvre? Ils sont nombreux et souvent cumulatifs (privation d’emploi, isolement, bas revenus, emploi précaire, santé, etc). On estime que trente pour cent des personnes sans domicile fixe ont un travail. Les politiques du logement et des revenus sont sans doute au premier chef concernées : action en direction des bas salaires et des minima sociaux, revenu de solidarité active pour favoriser la reprise de travail des « bénéficiaires » du RMI, obligation des collectivités en matière de construction de logements sociaux, etc. Mais surtout ne convient-il pas d’inverser l’ordre des priorités dans la gestion économique et sociale? La machine à exclure fonctionne à plein régime et il est tabou de prétendre changer la donne. C’est d’abord en coordonnant l’ensemble des politiques (santé, protection sociale, emploi …) que se préparent les réponses à la hauteur de l’enjeu. La question sociale est au centre des débats. Et les résultats de cette politique doivent être suivis, communiqués, réfléchis et discutés. Ce serait un vrai changement de méthode!.  Samedi 23 Décembre 2006 – 10:38

Le virtuel ou le réel?

Créé par le 10 déc 2006 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin, Gauche anti-libérale

Xavier DUMOULIN

10/12/2006 à 08:13
Alors que les anti-libéraux, dans le plus grand désordre, cherchent un improbable candidat consensuel, la candidature de Jean Pierre Chevènement ne devrait-elle pas s’imposer auprès de ceux qui veulent donner de vraies chances à la Gauche? C’est toujours surprenant ces débats byzantins! Après le refus de la « parenthèse libérale »,des traités de Maastricht et constitutionnel européen, des deux guerres d’Irak, après des preuves de capacités gouvernementales, des propositions audacieuses et équilibrées, un score de près de 5,5%à la précédente présidentielle…tout ça ne suffit pas! Salesses ou Autain? Mais c’est un peu court! Et le tout dans une discorde teintée d’anti-communisme… A demain Jean Pierre Chevènement! Et vive la République!

1...11291130113111321133

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY