Entretien de Jean-Pierre Chevènement à Oumma.com, mardi 4 juillet 2017

Créé par le 05 juil 2017 | Dans : Non classé

https://www.facebook.com/oummacom/videos/10155299410871142/

la gauche française toujours en quête de sa révolution culturelle quand le candidat à la présidentielle quitte quelques semaines après, le parti qui l’avait investi suite aux primaires de la gauche

Créé par le 02 juil 2017 | Dans : a2-Blog-notes politique de Xavier Dumoulin

Retour sur notre billet qui précédait les primaires de la gauche

Quarante ans après la mort de Mao, la gauche française toujours en quête de sa révolution culturelle

Créé par le 10 sept 2016 à 9:09 | Dans : a2-Blog-notes politique de Xavier Dumoulin

Le début de l’article daté est reproduit en bas de page pour ne pas alourdir le texte ci-dessous.*

La pensée Mao Tsé-toung constituait un vrai marqueur de ces années soixante-dix en France et en Europe. Auprès d’une jeunesse « aventuriste » à la recherche d’exotisme et de renouveau idéologique, cette grande révolution culturelle prolétarienne mythique fournissait, avec la révolution cubaine de Fidel et du Che, un exemple vivant d’une régénération révolutionnaire dans cet Occident enlisé dans ce plat réformisme des PC occidentaux, engoncés dans une posture accommodante avec l’ordre existant depuis le partage du monde en deux blocs. D’où le rayonnement du modèle chinois auprès des non-alignés, précédant cet espoir trahi d’une perspective nouvelle de cette voie chinoise.

Mystifiée par une jeunesse avide d’actions, la Chine de Mao représentait une ligne de fracture au sein des jeunesses communistes occidentales qui voyaient se structurer des fractions trotskistes opposées aux pro-chinoise ou aux pro-italienne. On redécouvrait un Gramsci dans ses très riches cahiers de prison – à ne pas confondre avec ses « écrits politiques » et ses « lettres de prison » – qui autorisaient toutes les interprétations du marxisme avec, notamment, cette louange de la « Révolution contre le capital ». Lire la suite »

Nos billets datés qui faisaient retour sur la création du mouvement des citoyens, quatorze ans ans plus tard, quand d’autres tentent bien tardivement une refondation socialiste

Créé par le 02 juil 2017 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin

billet dédié à tous mes amis socialistes et républicains d’hier et d’aujourd’hui dans la perspective de nos combats présents et futurs

Créé par le 02 déc 2007 à 8:56 | Dans : a1-Abc d’une critique de gauche. Le billet de Xavier Dumoulin

 

http://

 

Ce devait être après la première guerre du Golfe, dans une phase de préparation du congrès socialiste de l’Arche de la Défense, ce congrès qui liquida, pour l’essentiel, dans ce que l’on appellait alors  » le nouvel aggiornamento « , les idées qui accompagnaient  la stratégie d’Epinay. Mandaté par mes amis,  j’assistais à une assemblée extraordinaire de S et R (Socialisme et République ) qui consacra largement la posture du « courant » pendant la guerre – entendez aussi celle de Jean Pierre Chevènement, alors ministre démissionnaire - et se jura solennellement dans une motion vigoureuse, adoptée par la quasi-unanimité des congressistes, de préserver le flambeau du socialisme français. La déclaration pathétique du regretté Pierre Guidoni – lequel avait déclenché la crise en votant avec d’autres secrétaires nationaux du PS appartenant au courant une motion cautionnant la stratégie présidentielle sur le dossier du Golfe – ne manqua pas de grandeur et de dignité et fut accueuillie à cet égard avec beaucoup d’applaudissements de la part de la centaine de participants présents. Pierre Guidoni étant appellé à de nouvelles fonctions d’ambassadeur se refusa alors à faire entendre sa voix discordante de la nôtre sur la politique du courant républicain. Le lendemain, une nouvelle rencontre plus large, à laquelle participait au premier rang, à côté de l’ancien ministre de la défense, Julien Dray, fut l’occasion pour Michel Charzat, l’homme orchestre de la préparation du Congrès de l’Arche, de vitupérer contre notre orientation. Retenu la veille dans une réunion du parti, il n’avait pu se démarquer alors et son absence traduisait même une certaine distance d’avec les enjeux qui nous poussaient à une telle démarche sous l’impulsion de Jean Luc Laurent, bras droit de Jean Pierre Chevènement. Charzat, cet intellectuel brillant, jadis contempteur d’un dogme sclérosé et apôtre d’un marxisme vivant d’inspiration gramscienne, réhabilitant même la pensée d’un Georges Sorel, devait quelque peu s’embourber dans les affres d’une pensée complexe qui désarma bel et bien les socialistes français en liquidant leurs références sans leur donner une vision nouvelle à la hauteur des défis du temps de la mondialisation libérale et de l’unilatéralisme. Il eut ce jour là un mot qu’il voulût cruel à l’encontre de Jean Pierre et de Julien Dray dont la présence témoignait de son soutien à la posture de Chevènement en rupture avec le président Mitterrand sur la diplomatie française « en charentaise » :  » à chacun son vieux » ou bien, je ne me souviens plus exactement,  » on a le vieux qu’on peut  » à moins que ce ne fût  » qu’on mérite « ! Quelque fût son intention, cette critique jeuniste n’était à vrai dire pas aimable à l’endroit du président Mitterrand envers lequel nous n’avions jamais manqué au respect que nous lui gardions. Lire la suite »

Entretien de Jean-Pierre chevènement au Point: « J’ai été passionnément stendhalien »

Créé par le 30 juin 2017 | Dans : Blog du Che

Entretien de Jean-Pierre Chevènement à l’hebdomadaire Le Point, propos recueillis par Jean-Paul Enthoven et Saïd Mahrane, jeudi 29 juin 2017.

http://www.chevenement.fr/Entretien-au-Point-J-ai-ete-passionnement-stendhalien_a1928.html


Chevènement. En Marche © Dusault pour "Le Point"

Chevènement. En Marche © Dusault pour « Le Point »
Le Point: Quand vous considérez l’ensemble de votre vie, quelle a été la saison de votre plus grand bonheur ?
Jean-Pierre Chevènement:
Les années 1970 ont été enthousiasmantes, car ce que j’avais anticipé en créant le Céres à mon retour de la guerre d’Algérie – l’union de la gauche, la recréation d’un grand Parti socialiste, l’alternance – s’est réalisé. J’avais adhéré au Parti socialiste, en 1964, d’une certaine manière pour le subvertir. C’est ce qui a été fait en 1971 avec le congrès d’Épinay, dans l’issue duquel j’ai pris une forte responsabilité. Dix ans après, l’alternance se produisait. Je n’avais pas deviné que cela pourrait se passer dans la vie comme je l’avais imaginé dans ma tête. La suite a été différente… J’ai été moins heureux, même si j’ai connu dans l’action des moments de plénitude.
Quel livre trouve-t-on sur votre table de chevet ?
Actuellement, je relis les Lettres persanes, de Montesquieu. J’y vois ce que pouvait être le dialogue des cultures au début du XVIIIe siècle. Lisez-vous des romans ou des essais ?
Je lis surtout des livres d’histoire, ainsi que des essais ou des romans comme Vie et destin, de Vassili Grossman. Actuellement, je me consacre beaucoup à l’histoire des religions, à l’islam et aux monothéismes, en raison des fonctions que j’exerce à la tête de la Fondation pour l’islam de France. En littérature, vous êtes plutôt stendhalien ou balzacien ?
J’ai été passionnément stendhalien. J’ai été d’ailleurs à l’origine du nom de la promotion de l’Ena à laquelle j’appartiens (Stendhal, 1965). Avec Alain Gomez, j’ai défendu Stendhal contre Turgot, qui avait, si je me souviens bien, la faveur d’Ernest-Antoine Seillière. Ce débat a sérieusement partagé notre promotion. Il dessinait les lignes d’une droite et d’une gauche en gestation. Stendhal est une figure rarement invoquée par la gauche…
Son œuvre est pourtant une bonne description de la société bourgeoise de la Restauration. Stendhal m’inspire également la difficulté d’un jeune homme parti de peu, originaire du haut Doubs et dont le père avait une scierie à la frontière de la Suisse. Ne confondez-vous pas Stendhal et Julien Sorel ?
Évidemment, c’est de Julien Sorel que je parle, dans Le Rouge et le Noir. D’autres héros de Stendhal faisaient rêver le jeune homme que j’étais. Ainsi, Lucien Leuwen, qui rencontre à Nancy une figure républicaine qui le fascine. Stendhal, avec son œil décapant, aurait aimé faire bouger les choses. C’est cela, la gauche… Lire la suite »

Jean-Pierre Chevènement en débat avec Michel Onfray et Régis Debray

Créé par le 27 juin 2017 | Dans : Articles de fond, Blog du Che

Deux longues vidéos de débats récents avec deux des intellectuels les plus discutés : Michel Onfray et Régis Debray.

Conférence de la Fondation Res Publica « Civilisation avec ou sans ‘s’? », 29 mai 2017

http://

 

« Dans quelle civilisation sommes-nous ? Et que signifie le mot ‘civilisation’ ? Doit-on parler d’une civilisation occidentale, américaine ? On disait européenne autrefois… Quand on se tourne vers Arnold J. Toynby, Oswald Spengler, ou Fernand Braudel, on voit que le nombre de civilisations répertoriées est à peu près le même, entre 8 et 10, est-ce vrai encore aujourd’hui ? Y’a-t-il plusieurs civilisations sur la Terre ou bien n’y a-t-il qu’une seule civilisation planétaire ? Quelle différence peut-on faire entre civilisation et culture ? »

Un débat tenu le 29 mai 2017 par la Fondation Res Publica entre :
- Régis Debray, écrivain, philosophe, fondateur et directeur de la revue « Médium », auteur de « Civilisation. Comment nous sommes devenus américains » (Gallimard, mai 2017)
- Michel Onfray, écrivain, philosophe, auteur de « Décadence » (Flammarion, 2017)
- et Jean-Pierre Chevènement, président de la Fondation Res Publica

12345...1125

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY