Résultats pour 'mrc gironde'

Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?

Dans Sud-Ouest du 8 mai 2013 : La décentralisation en débat

Créé par le 09 mai 2013 | Dans : a-Fédérations MRC d'Aquitaine

La
décentralisation en débat à la Maison de l’Isle

Marie-Françoise
Bechtel, ancienne directrice de l’Ena a donné une conférence à l’invitation du
MRC

Marie-Françoise Bechtel (au centre) a bien animé le débat|| Jacques Ferchaud
(Jacques Ferchaud)
1 sur 4
Marie-Françoise Bechtel (au centre) a bien animé le débat

Ce samedi Sylvie Schwarz, présidente de l’Association Citoyenne du canton de Guîtres porte parole départementale du MRC Mouvement républicain et citoyen en Gironde, et le 1er secrétaire Jean-Philippe Lefranc, ont reçu une invitée de marque pour une conférence-débat sur l’Acte III de la décentralisation à Saint-Denis-de-Pile. Marie-Françoise Bechtel, agrégée de philosophie,(ancienne prof de philo aulycée Max Linder, condisciple de François Hollande à l’ENA promotion Voltaire avec Ségolène Royal), ancienne directrice de l’ ENA, aujourd’hui députée vice-présidente de la Commission des lois, 1ere vice-présidente du MRC de JP Chevènement a abordé deux grands sujets: quels seront les changements liés à la décentralisation dans l’organisation du territoire, communal et départemental ?
Que deviendront les « régions » en France et en Europe à l’heure des grandes métropoles ? Plusieurs responsables politiques de gauche (Parti de gauche, PS, PCF, PRG, E.E.L.V) faisaient ont fait partie des 45 personnes présentes, à l’invitation du maire Alain Marois, hôte des lieux.

Chercheur et citoyen, esprit intrépide et courageux, François Joly nous a quitté en ce début de semaine

Créé par le 04 août 2012 | Dans : a-Fédérations MRC d'Aquitaine, a3-Civisme, citoyenneté et militance chez Xavier Dumoulin

ladlgationdaquitaineaucongrs.jpgmemo0010.jpgA droite sur la première photographie, François avec une délégation d’Aquitaine du MRC en congrès, et, au centre de la seconde image, lors d’une assemblée en mai 2011, à Bordeaux, autour de  Jean-Pierre Chevènement avec lequel il venait de s’entretenir en tête à tête  (crédits photographiques du blog citoyen)

François Joly vient de nous quitter. Ce scientifique qui oeuvra avec talent au service de la recherche fut aussi un militant plein d’esprit, courageux et généreux qui n’a cessé d’affirmer ses convictions socialistes et républicaines. Au sein du parti socialiste d’Epinay, il fut membre du comité directeur, responsable fédéral en Gironde  et animateur du CERES. Il accompagna Jean-Pierre Chevènement dans sa volonté de promouvoir un projet républicain dans son courant Socialisme et République puis au sein du MDC et du MRC. Il exerça des mandats locaux en Gironde et en Aquitaine.

J’admirais en François cette immense liberté d’esprit, ce regard lucide et désintéressé, cette humilité qui n’avait d’égale que son appétit de connaissance et une certaine capacité d’abnégation dans sa pratique militante. J’ai trouvé en lui la force de continuer le combat sans céder aux sirènes des politiques de chimères ou de renoncements.

Il parlait de tout, alliant capacité pédagogique et humour, sachant écouter et convaincre. Son parcours droit et militant est un des aspects de cette riche et attachante personnalité qui eut en charge de grandes responsabilités pour la recherche et l’industrie.

Ses obsèques civiles seront célébrées le lundi 6 août 2012, à 13 h 30, en la chapelle du crématorium de Mérignac.

Avec notre salut fraternel à sa famille, à ses proches et à tous ses amis dans la douleur de perdre un être cher.

Xavier DUMOULIN, le 4 août 2012

Pour un nouveau Front Populaire

Créé par le 12 juin 2009 | Dans : Débats autour de la refondation de la gauche, Projet politique

Les résultats des élections européennes ont démontré l’urgence de définir une stratégie de rassemblement de la Gauche et la pertinence de l’appel pour un nouveau Front populaire.

Vous êtes de plus en plus nombreux à adhérer à cette perspective. Nous sommes aujourd’hui plus de 700 signataires. La diversité de vos cultures -familles politiques, associatives ou syndicales- illustre que c’est l’ensemble des forces de gauche qui doivent s’associer à cette démarche collective. 

Vous avez été plusieurs à suggérer que s’engage une série d’initiatives. Nous pensons que cette proposition est tout à fait pertinente. Faites nous connaître vos suggestions de rencontres locales ou nationales !    N’hésitez pas à faire connaître très largement l’appel Gauche 2012 : Tous unis dans un nouveau Front populaire et inciter vos amis à nous rejoindre en signant.  Pour remplir le formulaire : http://petition.gauche2012.org/index.php?petition=2&signe=oui&Itemid=5 

Après les élections européennes, il faut vite créer un « comité national pour un nouveau Front Populaire »

Les résultats de ces élections montrent que :

l’écart entre gauche et droite demeure comparable à celui de 2004, mais la droite est plus unie, la gauche explosée et le PS affaibli ;

les forces qui progressent à gauche sont celles qui ont organisé un certain rassemblement, diversifiant leur influence et qui ont essayé de proposer un projet de société;

l’abstention a été forte chez les jeunes et dans les couches populaires, alors qu’ils s’étaient mobilisés  lors du référendum constitutionnel (en faveur du Non)  et qu’ils subissent aujourd’hui de plein fouet les effets désastreux de la crise.

Faute de présenter tout à la fois un projet alternatif et une perspective d’alternance effective, le PS et la gauche n’ont pas su convaincre une partie de leur électorat. En Europe, comme en France, le monde du travail, les couches populaires attendent une gauche forte, claire, unie capable de préparer une nouvelle société, des changements profonds, une vision d’avenir  et de répondre à l’urgence sociale et environnementale.

Pour la gauche, les résultats de ce scrutin sanctionnent donc l’absence d’un projet alternatif et d’une perspective d’alternance. Ils prouvent qu’il est urgent d’engager une stratégie de rassemblement de la gauche pour imposer des décisions immédiates (pouvoir d’achat, emploi, interdiction des licenciements boursiers, abrogation du bouclier fiscal), mais aussi pour présenter un projet de société à nos concitoyens et une perspective de victoire en 2012. 

C’est pourquoi nous demandons aux responsables des organisations de gauche et écologistes d’engager immédiatement la création d’un « Comité pour un nouveau Front populaire», avec le souci d’associer les partis et toutes les forces de gauche et de l’écologie (clubs, associations, mouvements syndicaux …).

-  Ce comité préparera des « Etats généraux de la gauche », qui dégageront des thèmes fondateurs, en vue de la mise au point, avant mi 2010, d’une charte pour l’élection présidentielle, ambitieuse et novatrice.

-  Sur la base de cette charte, seront élaborés le programme d’un candidat unique de la gauche à l’élection présidentielle, ainsi qu’un accord législatif assurant une représentation de la diversité des composantes de la gauche et de l’écologie.

-  L’organisation de primaires, où les militants des organisations signataires de
la Charte seraient consultés, permettra alors de désigner le candidat qui portera les couleurs de ce nouveau Front populaire.

Dans les médias  Sur RTL, Marie-Noëlle Lienemann défend l’idée d’un Nouveau Front populaire  

Parmi les 600 premiers signataires, figurent notamment : - Arlette Arnaud Landau (Vice-présidente du Conseil régional d’Auvergne)
- Jean Auroux (Ancien Ministre)
- Marie-Claude Bascoul (Vice-présidente du Conseil régional de Midi-Pyrénées)
- Marie-Françoise Bechtel (Ancienne directrice de l’ENA, secrétaire nationale du MRC à la formation)
- Claude Cabanes (Journaliste)
- Gilles Candar (Historien)
- David Cayla (Economiste)
- Michel Charzat (Ancien député)
- Jean-Pierre Chevènement (Président du MRC, sénateur du Territoire de Belfort)
- Jean-Marie Darmian (Conseiller général de
la Gironde)
- Jean-François Delahais (Ancien député)
- Raymond Douyere (Ancien député)
- Pierre Dubreuil (porte parole du MRC)
- Maxime Dumont (Syndicaliste)
- Alain Fabre-Pujol (Ancien député)
- Gérard Gaumé (Syndicaliste)
- Eric Gautier (Président Conseil général des Deux Sèvres)
- Pierre Gendre (Syndicaliste)
- Guy Georges (Syndicaliste)
- Jérôme Lambert (Député de
la Charente)
- Julien Landfried (Secrétaire national du MRC à la communication)
- Jean-Luc Laurent (Maire du Kremlin Bicêtre, Vice-président du Conseil régional d’Ile de France)
- Michèle Lemaux (Conseillère régionale de
la Basse Normandie)
- Ivan Levaï (Journaliste)
- Marie-Noëlle Lienemann (Députée européenne)
- Bruno Maranzana (Conseiller général du Var)
- Emmanuel Maurel (Conseiller régional d’Ile de France, secrétaire national du PS)
- Jean Michel (Député du Puy-de-Dôme)
- Catherine Pinol (Conseillère régionale de Midi-Pyrénées)
- Paul Quilès (Ancien Ministre)
- François Richou (Conseiller général d’Ille-et-Vilaine)
- Bertrand Ringot (Maire de Gravelines)
- Renée Soum (Ancienne députée)
- Marc Vuillemot (Maire de La-Seyne-sur-Mer)
………………….. 

Deluga lance la reconquête

Créé par le 28 nov 2008 | Dans : Battre campagne

Deluga lance la reconquête dans Battre campagne empty


LÉGISLATIVE. Le candidat socialiste sur la 8e circonscription en réunion publique mercredi soir, à Bazas

Deluga lance la reconquête

François Deluga et Gisèle Lamarque, mercredi soir à Bazas. (Photo Bernard Mugica)
François Deluga et Gisèle Lamarque, mercredi soir à Bazas. (Photo Bernard Mugica)

Pour François Deluga, « le début de la reconquête démarre dimanche pour la gauche ». Mercredi soir, à Bazas, pour sa dernière réunion de campagne en Sud-Gironde, le candidat socialiste sur la 8e circonscription a clairement appelé à la mobilisation et au rassemblement de la gauche et de « tous ceux qui n’acceptent pas la République des puissants pour les puissants ».

Selon le maire du Teich, le résultat du second tour qui l’oppose à Yves Foulon (UMP) va au-delà du simple duel. « Nous devons envoyer un message à Paris. Il y a une panique à droite sur ce qui s’est passé dimanch et une grande inquiétude des élus UMP. » François Deluga est arrivé en tête (43,78 % contre 40,96 % pour le maire d’Arcachon).

Pour l’emporter après-demain, le candidat a martelé, devant près de 150 personnes, le mot d’ordre de mobilisation et d’unité face « à l’affairisme des bétonneurs du Bassin » et face « à une véritable campagne d’État ». « Nous avions, dès le premier tour, le soutien des Verts, du PRG, du MRC. Aujourd’hui, le PCF est avec nous. Le NPA a fait un appel très clair à voter contre Yves Foulon. Nous les socialistes, nous la gauche, par l’union, avec l’union, grâce à l’union, nous pouvons donner un message d’espérance », lance François Deluga.

Dans la salle des Conférences, les militants étaient bien loin des tourments de la direction nationale du PS. Plusieurs élus locaux sont venus apporter leur soutien à François Deluga, tels les conseillers généraux Jean-Luc Gleyze (Captieux) et Philippe Carreyre (Saint-Symphorien) ou plusieurs maires représentant Uzeste, Bernos-Beaulac ou Audenge. Les Langonnais, Charles Vérité en tête, étaient du déplacement.

« Une casse organisée »

Martine Faure, députée de la 9e circonscription, s’est , elle, chargée du canardage de la politique présidentielle et gouvernementale. « On casse l’éducation. On casse les grèves avec le service minimum d’accueil. On prend les maires pour des délinquants. On supprime l’audiovisuel public. Le Code du travail ? Cassé. Les 35 heures ? Broyées. Tout est vu sous le prisme de l’économie et de la réforme, sans aucune plus-value sociale. »

Comme il en a l’habitude, François Deluga s’est présenté en candidat de toute la circonscription, du Bazadais au Bassin. « Que connaît Yves Foulon de la chasse, de la bazadaise, du lycée de Bazas, de la sylviculture ? », interroge-t-il.

Jean-Luc Gleyze et Gisèle Lamarque se chargent de la réponse. « Il ne connaît pas les dossiers locaux », constate le premier, prenant les exemples du lycée agricole de Bazas et du projet de maison de retraite de Captieux. « Yves Foulon est le maire d’Arcachon. Il est le conseiller général d’Arcachon. S’il est élu, il sera le député d’Arcachon », affirme la suppléante de François Deluga. Qui s’engage, en cas de victoire, à être « un relais actif pour le Sud-Gironde ».

Auteur : Olivier Escots

Journal Sud-Ouest du Vendredi 28 Novembre 2008

Deluga en tête

Créé par le 25 nov 2008 | Dans : a-Fédérations MRC d'Aquitaine, Battre campagne

Lundi 24 Novembre 2008


LÉGISLATIVE PARTIELLE DE LA 8E CIRCONSCRIPTION. Le candidat socialiste devance Yves Foulon, UMP, de 1 281 voix au premier tour

Deluga en tête

Yves Foulon (UMP) et François Deluga (PS) s'affronteront au second tour, dimanche. (PHOTO « S.O. »)
Yves Foulon (UMP) et François Deluga (PS) s’affronteront au second tour, dimanche. (PHOTO « S.O. »)

«Je suis confiant. Contrairement à 2007, je pense que, cette année, je peux gagner cette élection. Toutes les conditions sont réunies », assurait le maire socialiste du Teich et vice-président du Conseil régional, François Deluga, le jour de sa déclaration de candidature à la législative partielle de la 8e circonscription, le 3 octobre dernier.

Hier, au soir du premier tour, tout en confiant « sa joie d’être presque au but », il ne cachait pas sa surprise, teintée de fierté, d’avoir franchi le cap des 40 % de voix : « Ça ne m’était jamais arrivé à un premier tour. J’avais fait 33 % au premier tour de 1997. » L’année où il a été élu député. Avant d’être battu en 2002 par Marie-Hélène des Esgaulx.

Faible participation

Yves Foulon, maire et conseiller général UMP d’Arcachon, qu’il affrontera dimanche prochain pour le second tour, dissimulait sa déception en assurant que « le scrutin ne peut pas s’analyser en pourcentage, mais en voix ». Il a obtenu 18 603 voix contre 19 884 pour François Deluga.

Tous les deux s’accordent cependant sur la très faible participation à ce scrutin. Seuls 38,77 % d’électeurs se sont déplacés aux urnes (contre 66,08 % l’an dernier).

Cette faible mobilisation a, semble-t-il, davantage affecté les candidats de droite. Au premier rang desquels le Modem même si le parti de François Bayrou (venu soutenir le candidat durant deux jours sur le bassin d’Arcachon, la semaine dernière) dénonce ce clivage droite/gauche. Le Modem n’a recueilli que 3,57 % des voix (contre 6,86 l’an dernier). Idem pour le Front national qui perd du terrain de 2,76 à 2,3 %.

La gauche a donc mieux résisté. La candidate du futur parti d’Olivier Besancenot, le NPA, qui portait l’an dernier les couleurs de Lutte ouvrière, progresse de 2 à 3,22 %, tout comme le PCF, de 1,72 à 2,31 %. Reste CPNT, qui progresse de 2,6 à 3,78.

Deux parlementaires

À la veille du scrutin, François Deluga ne cachait pas sa crainte que les divisions à la tête du Parti socialiste n’affectent le vote alors même qu’il avait fait le pari, ici, d’être « le candidat de l’unité », c’est-à-dire des Verts, du PRG et du MRC. Hier, il était rassuré. D’autant qu’il arrive en tête dans la quasi-totalité des villes du Sud-Gironde et d’importantes villes du bassin d’Arcachon, dont Belin-Beliet, qui a un maire UMP, Biganos, dont le maire a apporté son soutien à Yves Foulon, et surtout Gujan-Mestras, ville de l’ancienne députée Marie-Hélène des Esgaulx, dont l’élection au Sénat, en septembre, a provoqué cette législative partielle.

« Gujan n’est jamais très à droite. On entre dans un vrai duel. Tout est jouable, il n’y a que 1 200 voix d’écart » assurait, hier soir, la sénatrice maire, alors que Nicolas Florian, secrétaire départemental de l’UMP, aux côtés d’Yves Foulon lors du dépouillement à Arcachon, s’empressait de téléphoner les résultats à Alain Juppé.

Jeudi, c’est François Fillon qui se déplacera pour apporter son soutien au candidat UMP.

En laissant son siège de député pour le Sénat, Marie-Hélène des Esgaulx a fait le pari que la 8e circonscription, et notamment le bassin d’Arcachon, aurait deux parlementaires UMP. Il faudra attendre dimanche prochain pour savoir s’ils seront de la même étiquette.

Auteur : Bernadette Dubourg
b.dubourg@sudouest.com

123

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY