Résultats pour 'xavier dumoulin aide'

Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ?

En bref

Créé par le 31 juil 2007 | Dans : Non classé

Les Gracques continuent le combat 

Les Gracques, collectif d’ex-collaborateurs des gouvernements socialistes, qui avaient plaidé durant la présidentielle pour une alliance entre le PS et le centre, ont annoncé hier l’organisation le 26 août de leur université sur le thème «Les raisons de la défaite , les voies de la refondation». Parmi les invités de cette journée organisée à Paris, figurent Michel Rocard, Walter Veltroni, maire de Rome, Hervé Le Bras, Erik Orsenna et Jorge Semprun.

L’Assemblée étudie le service minimum. 

Le gouvernement a présenté hier aux députés son projet de loi sur le service minimum dans les transports publics terrestres, adopté par le Sénat le 19 juillet. «Ce texte correspond à un engagement fort pris par le président de la République pendant la campagne électorale», a déclaré Xavier Bertrand. Selon le ministre du Travail, ce sujet n’est «pas une question de droite ou de gauche mais une question de service public». (lire aussi page 19)

. et les régions ne sont pas convaincues de son utilité 

Alain Rousset, président de l’Association des régions de France a affirmé hier que «le vrai problème pour nous, c’est l’état de la maintenance, l’état des voies, le nombre de personnes pour conduire ou maintenir le matériel». Selon Alain Rousset (PS), la grève ne «représente qu’une part infime des problèmes.»

LIBERATION

Continuer la lecture de la revue de presse de la semaine et du 2 août en cliquant sur suivant pour aller sur les autres pages… Lire l’article du jaurésien, Gilles Candar, « Jaurès contre Sarkozy ». Pour accéder à nos billets, vous cliquez sur « Billet du jour Xavier DUMOULIN » ou « article de fond » (d’origine non exclusivement rédactionnelle), sans oublier de laisser vos commentaires que nous publierons volontiers.

Eric Fricot, Xavier Dumoulin et tous les amis du blog citoyen.

L’ordre social juste

Créé par le 18 mar 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de XD, Battre campagne, Pacte présidentiel, Projet politique, Ségolène Royal

En privillégiant le dialogue social au dogme libéral, la candidate de la gauche entend clarifier les enjeux de l’élection. Sa défense de l’intérêt général (emploi, développement économique, prévention des risques professionnels, sécurité professionnelle, formation, etc.) tranche avec la vision égoiste des entreprises du CAC 40 portée par la présidente du MEDEF. Hier, chez C. Ockrent, Ségolène Royal a posé le cadre d’une démocratie sociale rénovée. La conférence nationale sur la croissance et les revenus, dans la foulée de son élection, augure de vraies négociations sur des thèmes majeurs. C’est cela le compromis social. Et c’est sans doute la meilleure riposte aux discours des candidats de la droite, porteurs des intérêts étroits d’un capitalisme actionnarial de rentiers. Quand ils rêvent à voix haute de mettre en pièce notre Etat social et ses dispositifs protecteurs, la politique du « gagnant-gagnant » change la donne en obligeant à regarder en face les réalités économiques et sociales. Dans cette perspective, les licenciements boursiers, les aides aux entreprises sans contrepartie, les délocalisations, les hausses phénoménales de profits non réinvestis, pourraient bien être contrariés. Et ce serait bien salutaire!

Xavier DUMOULIN

Le grand dessein de progrès de Ségolène Royal

Créé par le 19 fév 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de XD, Battre campagne, Non classé, Ségolène Royal

Le philosophe Yves Michaud juge avec sévérité la campagne de Ségolène Royal, alors qu’il ne cache pas sa sympathie pour la candidate socialiste. Auteur d’un récent Précis de recomposition politique (éd. Flammarion), le directeur de l’Université de tous les savoirs préconise un recentrage de la candidate. Nous pouvons suivre l’intellectuel dans ses considérations sur la nécessité d’une approche liant davantage droits et devoirs, ce qui nous semble déjà le cadre de réflexion (l’allocation autonomie et l’aide aux devoirs). Nous considérons avec lui l’importance d’une conduite de la campagne mieux huilée, mais nous ne suivrons certainement pas son analyse sur la nécessité d’un recentrage de la candidate. Ce qui donne sens à la candidature de Ségolène Royal c’est bien cette perspective de rupture au service d’un projet « d’ordre juste dans une France forte ». Cette voie républicaine et sociale se décline dans les cent propositions. Les discours de Villepinte, Dunkerque et Strasbourg sont  des grands moments d’explications et la campagne ne fait que commencer. Nous avons une candidate qui a choisi la voie la plus exigeante en voulant refonder la politique sur les valeurs phare de la République. Elle a fait preuve d’une forte vision politique. C’est une stratégie de rassemblement de toute la gauche pour entraîner autour du monde du travail tous les républicains de progrès, au delà même de la gauche. Cette campagne doit se faire sur le terrain du social, de l’éducation, des salaires et de l’emploi, avec le souci de relever la France républicaine et l’Europe. Un grand dessein de progrès pour tous nos concitoyens!

Xavier DUMOULIN

Les vices rédhibitoires de monsieur Sarkozy

Créé par le 17 fév 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de XD, Contre le candidat du capitalisme mondialisé, Economie

On le savait démagogue, intempérant et autoritaire. On le découvre aujourd’hui d’une stupéfiante versatilité!

Il a suffi d’un premier mois de campagne pour que le ministre-candidat modifie en profondeur la présentation de son programme.

Revenons sur quelques annonces phare : promesse de la baisse de quatre points de prélèvements obligatoires, bouclier fiscal à 50% des revenus, allocation au premier enfant, etc. Dans ces domaines et bien d’autres, le candidat en quête de crédibilité économique se range à l’avis de ses conseillers et révise le programme.

L’Institut de l’entreprise, boîte à penser libérale, chiffre à 68 milliards d’euros une baisse de quatre points des prélèvements obligatoires. Après un mois d’annonce imprudente, cette mesure spectaculaire est ramenée à une baisse d’un point sur cinq ans. Excusez du peu… de sérieux. C’est se moquer du monde! Idem pour le bouclier fiscal dont on ne connaît plus le niveau!

Le chiffrage du programme reste parfaitement illisible, même pour la droite. 50 milliards de dépenses nouvelles pour l’Institut de l’Entreprise, 32 milliards pour l’UMP…

Plus grave encore : le candidat Sarkozy gomme purement et simplement de ses comptes le plan hôpital 2012 (10 milliards), les efforts en faveur du sport (4 milliards), l’allocation unique de garde d’enfant, l’aide au retour à l’emploi, le compte épargne formation individuelle…

Ce programme doit être frappé de nullité. Cet avocat doit savoir le sort qui est réservé aux contrats viciés par le dol, l’erreur ou la violence. C’est une offense à la démocratie, une insulte à la raison et le signe d’une incapacité de N. Sarkozy à diriger la France.

Xavier DUMOULIN

65 milliards d’euros d’aides aux entreprises

Créé par le 25 jan 2007 | Dans : a1-Abc d'une critique de gauche. Le billet de XD, Economie

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/

Les aides publiques versées aux entreprises représenteraient 4% du PIB, selon un rapport non publié que s’est procuré Le Figaro. Celles-ci s’élèvent à 65 milliards d’euros (2005), soit 4% du PIB. C’est « plus que le total du budget de l’Education nationale, près de deux fois le budget de la Défense, le même ordre de grandeur que le total des dépenses hospitalières », soulignent les auteurs du document non publié.Trois corps de l’inspection, des Finances, de l’Administration et des Affaires sociales, se sont concertés pour rédiger ce document, à la demande du Premier ministre.

De mon point de vue, ce rapport met en évidence l’importance des aides qui sont souvent des aubaines plus que des éléments au service d’une logique affichée du type développement économique, promotion de l’emploi, etc. Comment ne pas s’interroger quand on a déjà une tendance à la diminution de la redistribution de la valeur ajoutée pour les salariés au profit du capital. Ce dernier devient gagnant sur tous les tableaux. Il n’a de comptes à rendre à personne et fait monter ses exigences, bien relayé par des politiques tel que M. Sarkozy. Le bouclier fiscal a 50%, la baisse de l’impôt sur les sociétés, etc. Alors la fameuse baisse des prélèvements obligatoires de quatre points, ça va encore profiter aux mêmes! On n’en sort pas de cette logique infernale qui conforte les intérêts du capital quand, dans le même temps on feint de vouloir agir en faveur du logement et du social. Il y a des redistributions à faire en faveur du travail et c’est urgent.

Xavier DUMOULIN

1...45678

Nouveau regard, nouvelle Ec... |
democratia |
Mers El-Kébir Franc-Tireur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les emprunts russes
| mouvement de soutien "waaxu...
| HYPERDEMOCRACY